La FCEI prévient le gouvernement de se méfier du rideau de fumée des syndicats

Toronto, le 15 juin 2010 – La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) est déçue de voir que la majorité des provinces se sont alliées au gouvernement fédéral pour étudier des moyens d’augmenter les cotisations au Régime de pensions du Canada (RPC).

« Malheureusement, au lieu de réfléchir à des mesures pouvant permettre aux propriétaires de petites et moyennes entreprises (PME) et aux employés de disposer des moyens de faire des économies en vue de leur retraite, les gouvernements semblent privilégier la proposition des syndicats pour lesquels la seule méthode envisageable est d’augmenter les cotisations obligatoires au RPC », déclare Mme Catherine Swift, présidente de la FCEI. Les syndicats réclament une réforme du RPC afin que l’attention générale ne soit plus fixée sur les pensions de luxe de la fonction publique, qui sont financées par le secteur privé. C’est effectivement un enjeu qui est à l’évidence noyé dans ces discussions. »

Selon un sondage effectué par la FCEI en mai 2010, un total de 71 % de propriétaires de PME est opposé à l’idée de relever les cotisations obligatoires au RPC. Ces résultats s’appuient sur un échantillon de près de  8 000 chefs d’entreprise de tout le Canada. « Il semble bien que les gouvernements ont oublié la forte augmentation des cotisations au RPC que les dirigeants d’entreprises et les employés ont subie au cours des années seulement dans le but d’assurer à nouveau la stabilité du programme qu’ils ont mal géré pendant des années. Les cotisations au RPC que versent les employeurs et les employés ont déjà été majorées de 75 % depuis la fin des années 1990 sans pour autant que les prestations soient revues à la hausse de façon proportionnelle. Les Canadiens ne devraient pas croire les syndicats lorsque ces derniers disent qu’ils peuvent profiter d’une hausse faramineuse des prestations du RPC pour quelques cents de l’heure, ajoute Mme Swift. Comme toujours, si ça a l’air trop beau pour être vrai, c’est généralement le cas. »

Les Canadiens devraient également savoir qu’étant donné l’exigence voulant que le RPC soit entièrement financé, les hausses des cotisations entraîneront des augmentations des prestations du RPC dans plusieurs années. Mais ces dernières n’auront pas lieu avant plusieurs dizaines d’années.

La FCEI profitera de l’été pour rencontrer les premiers ministres et les ministres des Finances du Canada afin de leur rappeler l’effet nuisible que les hausses des charges sociales ont sur les entreprises canadiennes et l’économie. Nous espérons que les ministres reconnaîtront l’incidence majeure d’une augmentation des charges sociales étalée sur plusieurs années et qu’ils reconsidéreront leur soutien initial », conclut Mme Swift.

Veuillez contacter Adam Miller ou Meghan Carrington au 416 222-8022 ou à affaires.publiques@fcei.ca pour obtenir plus de renseignements ou pour fixer une entrevue. 

 

Fermer