Membre FCEI?

Économisez de 12,5 % à 22 % sur les taux Mastercard

x
 

Baromètre des affairesMD

Juin 2017

Ted Mallett, vice-président et économiste en chef

La confiance des propriétaires de PME a fortement chuté en juin. L’indice mensuel du Baromètre des affairesMD de la FCEI a perdu plus de cinq points, passant de 66,0 en mai à 60,9. Toutefois, cette dégringolade s’explique presque totalement par un fort recul de l’optimisme en Ontario (l’indice a baissé de 10 points et se situe maintenant à 58,0), la situation n’ayant pas beaucoup évolué ailleurs au pays par rapport au mois dernier.

L’indice étant mesuré sur une échelle de 0 à 100, un niveau supérieur à 50 signifie que les entrepreneurs qui s’attendent à de meilleurs résultats pour les douze prochains mois sont plus nombreux que ceux qui envisagent une performance plus faible. L’indice varie normalement entre 65 et 70 lorsque l’économie réalise son plein potentiel de croissance.

Les niveaux de l’indice varient souvent pour des raisons purement statistiques, mais la chute observée en Ontario est probablement une conséquence de certaines politiques, notamment le projet de vastes modifications législatives en matière d’emploi et de relations de travail, annoncé à la fin du mois de mai, qui semblent créer, chez les entrepreneurs de la province, de fortes incertitudes quant à l’avenir. L’indice de l’Ontario (58,0) est à présent septième sur dix au classement national. La Saskatchewan (51,8) et Terre-Neuve-et-Labrador (48,2) sont en queue de peloton, malgré de légers gains. C’est la Colombie-Britannique qui tient encore une fois le haut du pavé (69,5), suivie de près par l’Île-du-Prince-Édouard (67,5) et le Manitoba (67,1). L’indice atteint un niveau honorable au Québec (65,8) où il a légèrement progressé, et il est de 63,5 en Nouvelle-Écosse et de 63,6 au Nouveau-Brunswick. En ce qui concerne l’indice de l’Alberta, il est resté stable ce mois-ci (61,7) après six mois de gains consécutifs.

L’influence des politiques de l’Ontario se fait ressentir de toute évidence sur les résultats par industrie, les indices s’étant améliorés dans quatre catégories et détériorés dans neuf autres. Les secteurs les plus optimistes restent ceux des soins de santé (70,3), des services financiers (69,8) et des services professionnels (67,3), et les moins optimistes sont ceux des ressources naturelles (54,3), de la vente au détail (55,5) et de l’agriculture (56,7).

Il n’est guère surprenant que la plupart des autres indicateurs de la santé des entreprises aient fléchi en juin. Les plans d’emploi à court terme sont normalement moins forts à cette période de l’année, mais la baisse marquée en Ontario a fait plonger les résultats nationaux. Seuls 16 % des propriétaires de PME prévoient recruter à court terme du personnel à temps plein, contre 11 % qui comptent réduire leurs effectifs. Les attentes des chefs de PME à l’égard de la croissance future des salaires sont en très net progrès à cause de l’Ontario (2,4 %, contre 1,9 % en ce qui concerne les prix).

 

Fermer