Baromètre des affairesMD

Novembre 2016

Ted Mallett, vice-président et économiste en chef

La confiance des propriétaires de petites et moyennes entreprises (PME) s’est légèrement renforcée en novembre, s’inscrivant dans une tendance relativement stable depuis avril. L’indice du Baromètre des affairesMD de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a gagné moins de deux points (59,4) par rapport à octobre (57,7).

L’indice a suivi des trajectoires opposées d’un bout à l’autre du pays, progressant dans cinq provinces et reculant dans cinq autres. Les trois provinces au bas du classement sont l’Alberta (37,3), Terre-Neuve-et-Labrador (42,3) et la Saskatchewan (51,3). C’est encore à l’Île-du-Prince-Édouard et en Colombie-Britannique que les propriétaires de PME sont les plus optimistes, les indices de ces deux provinces ayant gagné du terrain par rapport à octobre (71,4 et 69,0, respectivement). Ailleurs, les indices se tiennent dans une fourchette étroite d’environ cinq points : Nouvelle-Écosse (64,9), Québec (63,8), Manitoba (63,2), Ontario (62,2) et Nouveau-Brunswick (59,4).

L’indice étant mesuré sur une échelle de 0 à 100, un niveau supérieur à 50 signifie que les entrepreneurs qui s’attendent à de meilleurs résultats pour les douze prochains mois sont plus nombreux que ceux qui envisagent une performance plus faible. L’indice varie normalement entre 65 et 70 lorsque l’économie réalise son plein potentiel de croissance.

Du côté des industries, on observe des variations moins importantes ce mois-ci, aucun secteur ne sortant réellement du lot. L’hébergement/la restauration arrive en première place (64,6) et est talonné par les services professionnels, les services financiers, la santé, la fabrication et le commerce de détail. Les secteurs les plus à la traîne sont les ressources naturelles, la construction et les services personnels.

Les perspectives des chefs d’entreprise sur la situation générale des affaires demeurent stables, mais ils ne sont que 38 % à penser que leur entreprise se porte bien, résultat inférieur à ceux de ces dernières années. L’état des carnets de commandes et des comptes débiteurs n’est pas fameux non plus. Les attentes des chefs de PME à l’égard de la croissance des salaires et des prix restent, pour leur part, proches de 1,5 % sur une base annualisée. Quant aux plans d’embauche, ils demeurent faibles, les chefs de PME étant 20 % à prévoir réduire leurs effectifs à temps plein, et seulement 15 % à envisager de les accroître.

Faites quelque chose de positif pour votre entreprise!
mini URL
 

Fermer