Baromètre des affairesMD

Mai 2017

Ted Mallett, vice-président et économiste en chef

La confiance des propriétaires de petites et moyennes entreprises (PME) a encore augmenté en mai dans l’ensemble du Canada. L’indice du Baromètre des affairesMD, publié tous les mois par la FCEI, a effectivement progressé d’un point et demi (66,0), comme en avril, atteignant son meilleur niveau depuis deux ans et demi. Ce gain compense presque entièrement les baisses causées par la chute des prix du pétrole qui ont débuté à la fin 2014.

L’indice étant mesuré sur une échelle de 0 à 100, un niveau supérieur à 50 signifie que les entrepreneurs qui s’attendent à de meilleurs résultats pour les douze prochains mois sont plus nombreux que ceux qui envisagent une performance plus faible. L’indice varie normalement entre 65 et 70 lorsque l’économie réalise son plein potentiel de croissance.

La hausse de l’indice se limite toutefois à certaines provinces, essentiellement la Colombie-Britannique (69,4), le Manitoba (66,4) et l’Alberta (61,9). Certains facteurs saisonniers ont probablement été favorables à l’Île-du-Prince-Édouard (67,9) et à Terre-Neuve-et-Labrador (45,3), mais l’indice a légèrement reculé en Ontario (68,2), au Québec (65,0), au Nouveau-Brunswick (60,2) et en Nouvelle-Écosse (64,4), et il a dégringolé en Saskatchewan (49,1).

Du côté des industries, les résultats sont restés conformes aux tendances relevées dans le passé. On constate un dynamisme relatif dans les secteurs des services financiers, professionnels et de soins de santé où les indices dépassent tous la barre des 70. De même, les indices des secteurs de la fabrication (68,9) et de l’hébergement/la restauration (67,4) sont au-dessus de la moyenne. Dans les secteurs de l’agriculture, des ressources naturelles et de la construction, les chefs de PME sont moins confiants, mais ce n’est pas inhabituel étant donné le contexte historique.

La plupart des autres indicateurs de la situation des affaires affichent des résultats positifs. Tout comme l’indice général, les plans d’embauche sont de retour à la normale pour cette période de l’année : 21 % des propriétaires d’entreprise prévoient recruter du personnel à temps plein au cours des prochains mois et 11 % envisagent de réduire leurs effectifs. Par ailleurs, 43 % des répondants estiment que leur entreprise est en bonne santé, ce qui constitue presque un pic post-récession, et ils sont 57 % à compter faire des dépenses en capital – un sommet depuis deux ans et demi.

 

Fermer