Les employeurs du Québec sortent satisfaits du Rendez-vous national de la main-d'œuvre!

MONTRÉAL, le 17 févr. 2017 - Les représentants des employeurs du Québec estimaient important de réussir à réunir l'ensemble des parties prenantes du monde du travail, afin d'échanger sur leurs compréhensions et leurs propositions face aux grandes mutations du marché du travail et aux besoins criants du Québec. Le gouvernement reconnaît aujourd'hui l'importance du développement de la main-d'œuvre et de l'adéquation formation-compétences-emploi comme priorités économiques.

Les représentants souhaitent notamment revenir sur les éléments suivants :

« Une stratégie nationale sur la main-d'œuvre est la réponse la plus sérieuse et visionnaire aux nombreux défis évoqués depuis hier », se réjouit Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ (Conseil du patronat du Québec). « Rappelons qu'au cours des dernières semaines, le CPQ avait argué en faveur de la mise en place d'une telle stratégie, mobilisant les employeurs, les travailleurs, les institutions d'enseignement et le gouvernement lui-même ».

« Le Québec fait face à un grand défi en matière de main d'œuvre; l'effort d'adaptation requis est sans précédent. Pour soutenir la concurrence dans une économie mondiale fondée sur la connaissance, les entreprises du Québec auront besoin de plus grandes compétences que celles dont dispose présentement le marché du travail », a déclaré Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ (Fédération des chambres de commerce du Québec). 

« Nous sommes heureux que ce rendez-vous ait permis de mieux cerner les solutions aux enjeux de main-d'œuvre des PME. On note particulièrement aussi la volonté du gouvernement de travailler à mieux outiller les entreprises saisonnières qui ‎font face à des défis particuliers pour attirer et retenir leurs travailleurs. C'est important, car ces entreprises offrent de bons emplois et sont importantes pour l'économie du Québec », selon Martine Hébert, vice-présidente principale de la FCEI (Fédération canadienne de l'entreprise indépendante).

« MEQ est heureuse que le gouvernement confirme son virage envers les entreprises afin de répondre à leurs besoins en main-d'œuvre. Ce sommet est un point de départ, travaillons maintenant pour les aider », déclare Éric Tétrault, Président, MEQ (Manufacturiers et Exportateurs du Québec).

« Cette stratégie nationale est un premier pas important pour doter le Québec d'une main-d'œuvre adaptée aux mutations actuelles. Tous les acteurs du marché du travail doivent continuer à agir de manière coordonnée. Comme nous l'avions exprimé dans nos recommandations, il faut surtout veiller à bien informer et préparer les jeunes aux innovations technologiques constantes et à la nécessaire ouverture sur le monde, notamment pour correspondre au formidable potentiel des startups en croissance au Québec », selon Monsieur Monsef Derraji, président-directeur général du RJCCQ (Regroupement des jeunes chambres de commerce).

Le Québec doit pouvoir compter sur une main-d'œuvre qualifiée et disponible s'il veut assurer une compétitivité de calibre mondial, spécialement dans un contexte de démographie vieillissante et de changements technologiques à un rythme inégalé. À présent, il importe de travailler rapidement tous ensemble pour doter le Québec d'un cadre pour intégrer l'ensemble des actions qui seront nécessaires, en tenant compte des propositions discutées à l'occasion du Rendez-vous national de la main-d'œuvre.

Toutefois, nos organisations souhaitent mettre le gouvernement en garde face à l'intention exprimée de rouvrir la Loi sur les normes du travail (LNT). Dans cet exercice, le gouvernement devra s'assurer d'avancer prudemment, visant des objectifs de résultats tournés vers davantage de flexibilité et de modernité, plutôt qu'une prescription de processus et de moyens mal adaptés à la réalité des entreprises. Qu'il s'agisse de la LNT, de la conciliation travail-famille, du recours aux agences de placement, ou encore de la santé et sécurité au travail, par exemple, les entreprises, peu importe leur taille, doivent pouvoir compter sur environnement facilitant.

Nos organisations offrent leur pleine collaboration au gouvernement afin de faire atterrir cette stratégie et la traduire en actions concrètes.

Renseignements :
Camilla Sironi, Conseillère principale, communications et relations avec les médias, Conseil du Patronat du Québec, 514 265-5471, csironi@cpq.qc.ca;
Michel Philibert, Directeur des communications, Fédération des chambres de commerce du Québec,
514 629-4468, michel.philibert@fccq.ca;
Amélie Desrosiers, Directrice des communications, Fédération canadienne de l'entreprise indépendante,
514 817-0228, Amelie.Desrosiers@fcei.ca;
Véronique Proulx, Vice-présidente Affaires corporatives et stratégie, Manufacturiers et Exportateurs du Québec,
514 222-8204, veronique.proulx@meq.ca;
Marc-Olivier Fritsch, Directeur des communications et des Affaires publiques, Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec, T/F : 514 933-7595 #2, C : 438 868-7595

LIENS CONNEXES
http://rjccq.com/
http://www.cfib-fcei.ca/francais/index.html
http://www.fccq.ca
http://www.cpq.qc.ca 
    

 

Fermer