Budget du Québec 2017-2018 : Un budget responsable qui répond aux priorités des PME

Québec, le 28 mars 2016 – Pour la FCEI, c’est un budget responsable et répondant à plusieurs priorités des chefs de PME qui a été présenté aujourd’hui à Québec par le ministre Carlos Leitão. « Ce budget comporte des investissements dans trois des grandes priorités identifiées par les propriétaires de PME : l’éducation et la santé, le remboursement de la dette et les baisses d’impôt aux particuliers. Aussi, même si nous aurions espéré en voir un peu plus du côté des baisses d’impôt aux PME, le gouvernement maintient le cap sur les réductions au Fonds de service de santé, une importante taxe sur la masse salariale, ce qui est une bonne chose », a affirmé Martine Hébert, vice-présidente principale de la FCEI.

Fiscalité et main-d’œuvre : des mesures bienvenues
Le budget 2017 du Québec vient confirmer des mesures d’allègement fiscal pour les PME qui avaient été mises de l’avant au cours des dernières années. Les cotisations au Fonds des services de santé (FSS) continuent de baisser avec constance, devant générer des économies de 129 millions $ cette année et de 761 millions $ sur les quatre années subséquentes.

La FCEI souligne également certaines mesures ciblées comme la déduction additionnelle de 35 % afin d’encourager les entreprises québécoises qui prennent le virage numérique en investissant dans la technologie de pointe, ainsi que les investissements en formation de la main-d’œuvre. « Avoir accès aux travailleurs qualifiés dont ils ont besoin demeure un enjeu prioritaire pour les PME dans plusieurs secteurs et régions. En ce sens, les investissements totalisant près de 290 millions $ au cours des cinq prochaines années pour répondre aux besoins de main-d’œuvre sont bienvenus », a indiqué Mme Hébert.

Autres initiatives ciblées intéressantes 
La FCEI a également noté que le budget comporte une série d’initiatives touchant divers secteurs qui méritent d’être soulignées :

  • La prolongation du programme RénoVert jusqu’en 2018, qui va permettre de poursuivre le soutien aux entreprises de la construction.
  • La déduction pour frais de transport pour les entreprises de tous les secteurs qui sont en régions éloignées.
  • Les investissements de 125 millions $ en tourisme, une industrie densément peuplée de petites entreprises.
  • Un assouplissement, bien que très limité, des règles appliquées à la vente des produits des distillateurs et un appui
  • Un accès aux petites créances pour les PME de dix employés ou moins dans le cadre des litiges fiscaux avec Revenu Québec. À ceci s’ajoute une hausse des seuils d’admissibilité pour les causes fiscales, en plus de l’obligation pour Revenu Québec de transmettre aux contribuables son argumentaire avant l’audience. 
  • Une modernisation de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) depuis longtemps réclamée par la FCEI.

Par ailleurs, la FCEI a également pris bonne note du nouveau programme de rabais d’électricité pour favoriser le développement de la culture en serre. « Cela fait longtemps que nous réclamons des tarifs d’électricité plus équitables pour les PME. Nous sommes heureux de voir que le gouvernement ouvre ainsi la voie à des tarifs réduits spécifiquement pour des petites et moyennes entreprises. Nous espérons qu’il ne s’agit là que d’un premier pas qui se multipliera dans tous les secteurs », a expliqué Simon Gaudreault, directeur des affaires économiques à la FCEI.

Une déception persiste malgré les bonnes nouvelles
Finalement, la FCEI a déploré le fait que le gouvernement n’ait pas reculé sur son intention d’augmenter le taux d’imposition des plus petites entreprises de 48 % cette année. « Certains ajustements ont été adoptés cette année pour faciliter les calculs que les entreprises doivent effectuer pour savoir si elles peuvent continuer de bénéficier du taux d’imposition réduit pour les PME. Il n’en demeure pas moins que les petites entreprises qui comptent deux ou trois employés par exemple, seront maintenant imposées selon le même taux que les grandes entreprises. Le gouvernement respecte néanmoins ses engagements fiscaux envers les PME et favorise la prévisibilité en nous présentant des prévisions sur 5 ans, axées sur l’équilibre budgétaire et comportant même une réserve de stabilisation, autant de facteurs qui permettront de maintenir la confiance des PME et de faire face aux défis économiques dans les années à venir », a conclu Martine Hébert.

À propos de la FCEI
La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de petites et moyennes entreprises du Canada, comptant 109 000 membres dans tous les secteurs et toutes les régions. 

Renseignements :
Christian Merciari, attaché de presse et conseiller aux affaires publiques, FCEI
Téléphone : 514 861-3234 poste 1808 | Cellulaire : 514 817-0228
christian.merciari@fcei.ca    

mini URL
 

Fermer