Passer au contenu principal

Budget du Québec 2018 : de bonnes nouvelles pour votre entreprise!

  • Accueil
  • Influence
  • Budget du Québec 2018 : de bonnes nouvelles pour votre entreprise!

Le gouvernement du Québec a présenté son budget 2018-2019 et vous serez soulagé d’apprendre qu’il comprend de nombreuses bonnes nouvelles pour vous! Votre fardeau fiscal sera réduit, vous obtiendrez du soutien en ce qui concerne la pénurie de main-d’œuvre et vous profiterez de plusieurs nouvelles mesures qui viendront compenser (en partie) la bonification des normes du travail, du RQAP et l’augmentation du salaire minimum.

Bref, de bonnes nouvelles qui vous permettront de préserver votre compétitivité face aux entreprises des provinces voisines! Vos économies estimées : environ 600 millions $!


Martine Hébert vous présente les principales mesures du budget du Québec 2018 qui toucheront les PME

 

D’importants allégements fiscaux, enfin!
Le budget prévoit une diminution importante du taux d’imposition dans le secteur des services et de la construction. Cela signifie que les entreprises de ces secteurs (restauration, hébergement…) verront leur taux baisser de 8 % à 4 % d'ici 2021 : se rapprochant beaucoup plus de la moyenne d’imposition dans le reste du Canada, qui est de 2,5 %. Les économies estimées : environ 275 millions $ par année pour les PME de ces secteurs.

 

Vos cotisations au FSS continuent de baisser
Le budget prévoit aussi des baisses importantes de vos cotisations au Fonds de services de santé (FSS) d'ici 2022 qui s’ajoutent aux baisses annoncées dans les budgets précédents. En additionnant ces nouvelles réductions (340 millions $/année) aux baisses d'impôt mentionnées au point précédent et à d'autres réductions déjà annoncées avant le budget 2018-2019, les économies estimées seront de 906 millions $ par année pour les PME du Québec.

 

Pénurie de main-d’œuvre : le gouvernement vous a entendu 
Québec annonce des investissements supplémentaires de 800 millions $ afin de vous permettre de combler vos besoins en main-d’œuvre. Il démontre qu’il a entendu votre besoin pressant en puisant directement dans les recommandations que nous lui avions présentées pour vous. Voici quelques-unes de ses intentions : 

  • Instauration d’un nouveau crédit d’impôt pour la formation des travailleurs dans les PME (75 M$ à terme); 
  • Bonification du crédit d’impôt pour stage en milieu de travail (37 M$ à terme);
  • Investissements afin d'accélérer le développement des formations technique et professionnelle;
  • Crédit d'impôt pour travailleurs d'expérience bonifié et âge d'admissibilité abaissé de 62 à 61 ans;
  • Participation accrue des immigrants au marché du travail;
  • Mesures pour favoriser la prospection et le recrutement des travailleurs étrangers;
  • Accélération du traitement des demandes d'immigration.
Martine Hébert avec le ministre des Finances, Carlos Leitao, au budget du Québec 2018

Martine Hébert avec le ministre des Finances, Carlos Leitão, au huis clos du budget du Québec 2018

 

En rafale : d’autres mesures pour aider les entreprises comme la vôtre
Vous pourriez aussi profiter de plusieurs de ces nouvelles mesures :

  • Une déduction additionnelle pour amortissement pour technologies de pointe.
  • Augmentation de l’aide financière et assouplissement de la réglementation pour les producteurs de cidre et distillateurs du Québec.
  • Prolongation du crédit d’impôt RénoVert.

 

Un nuage noir dans le ciel bleu
Québec a l’intention de suivre l’exemple du fédéral et limiter la répartition du revenu avec les membres de la famille (il n'a toutefois pas fait mention des revenus de placements passifs). Cette annonce jette une ombre au tableau sur lequel nous ne comptons pas passer l’éponge! Soyez assurés que nous nous battrons contre cette mesure afin que vous puissiez reconnaître aisément la participation des membres de votre famille à votre entreprise.

Beaucoup plus de détails suivront dans les semaines à venir. D’ici là, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller FCEI si vous avez besoin de plus d’information. 

 

Articles de presse qui pourraient vous intéresser :

 

Beaucoup de travail pour arriver à ces bonnes nouvelles

Chaque année, le budget provincial contient des mesures qui ont un impact direct sur votre entreprise, c’est pourquoi nous nous assurons que le gouvernement tient compte de votre réalité. Au cours des derniers mois, nous avons rencontré le ministre des Finances, Carlos Leitão, et plusieurs députés des différents partis pour leur présenter votre point de vue.

Améliorer votre compétitivité
Nous avons demandé au gouvernement de profiter du fait que l’économie se porte très bien pour alléger votre fardeau fiscal, qui est de loin le plus lourd au Canada. Nous réclamons, notamment, une baisse du taux d’imposition des profits à 4 % pour tous les secteurs d’activités. Pour compenser les hausses de cotisation au RRQ, nous demandons aussi au gouvernement de réduire la cotisation au Fonds des services de santé.

Les nouvelles sont encourageantes. Depuis le début de l’année, le premier ministre Philippe Couillard a laissé entendre à plusieurs reprises que le budget comporterait des baisses d’impôts pour les PME.

Faire face à la pénurie de main-d’œuvre
Les pénuries de main-d’œuvre sont devenues un véritable défi pour plusieurs d’entre vous. Dans une PME, dont la majorité compte moins de 10 employés, la contribution de chaque travailleur est essentielle pour assurer la croissance et le succès de l’entreprise. Nous avons donc formulé plusieurs propositions pour que le gouvernement vous aide à faire face à ce problème grandissant.

D’autres demandes en rafale

  • Permettre aux restaurateurs de demander un dépôt de sécurité lors de réservations (« no show »).
  • Abolir la taxe sur la masse salariale découlant de la Loi sur les décrets de convention collective.
  • Maintenir la part globale des garderies privées dans l’offre du réseau québécois de garde à l’enfance.
  • Déplafonner le prix des cours de conduite, qui est gelé depuis 8 ans.
  • Continuer le dépoussiérage de la loi afin d’offrir aux producteurs d’alcool, incluant les distillateurs, davantage de débouchés pour la vente de leurs produits.

Consultez le résumé de nos demandes. Des questions persistent? Vous voulez prendre part au débat? Votre conseiller FCEI attend votre appel.