Passer au contenu principal

RPC/RRQ : moins d’argent dans vos poches en 2019

Depuis le 1er janvier 2019, votre entreprise fait maintenant face à des augmentations de cotisation au Régime de pensions du Canada (RPC) et du Régime de rentes du Québec (RRQ).

Chaque dollar compte pour un propriétaire d’entreprise, surtout si vous ne faites pas de bénéfices. C’est pourquoi les taxes sur la masse salariale comme l’assurance-emploi et le RCP ou le RRQ se font tant sentir sur votre entreprise : vous payez une cotisation sur chaque dollar versé à vos employés, que votre entreprise soit prospère ou non.

Cette année, et ce, pendant cinq années consécutives, le gouvernement fait monter graduellement les cotisations au RPC/RRQ pour financer l’augmentation des prestations du régime. De plus, les cotisations seront prélevées sur un niveau de revenu plus élevé, ce qui alourdira encore plus votre facture. 

Calendrier des augmentations de cotisation

 

Éléments concernés2018 (avant la bonification)2019Niveaux atteints en 2025
Cotisations que vous payez4,95 % du salaire de vos employés (5,40% au Québec)5,1 % du salaire de vos employés (5,55 % au Québec)5,95 % du salaire de vos employés (6,40 % au Québec)*
Plafond des gains (auncune cotisation n'est payée sur la portion des salaires qui excède ces montants)55 900 $  57 400 $82 700 $ (estimation)
Prestation annuelle versée aux bénéficiaires du RPC et du RRQ25 % du salaire gagné avant la retraite25 % du salaire gagné avant la retraite33 % du salaire gagné avant la retrait
* Les taux de cotisation de 5,95 % et de 6,40 % ne s’appliqueront pas au salaire total. Les taux appliqués à la tranche de revenu située entre 69 700 $ et 82 700 $ seront de 4 %.

 

Pourquoi ces augmentations?
Contrairement à la croyance populaire, le RPC et le RRQ vont bien. Aux taux actuels de cotisation, il est prévu que ces régimes seront viables pour les 75 prochaines années. Malgré tout, le gouvernement pense qu’il est nécessaire d’augmenter les prestations en raison de la baisse de popularité des régimes de retraite à prestations déterminées, qui versent aux employés retraités des prestations garanties jusqu’à la fin de leurs jours.

Le RPC/RRQ n’est pas une solution miracle
Nous nous opposons fermement à cette idée parce que le RPC et le RRQ sont beaucoup moins flexibles que les autres solutions d’épargne-retraite, comme les comptes d’épargne libres d’impôt (CELI) et les régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER).

Selon nos sondages, les salariés comme les employeurs préfèrent ces autres types de placement, car ils peuvent être transférés à leur conjoint et à leurs enfants. Les prestations du RPC et du RRQ peuvent être transférées à votre conjoint après votre décès, mais le montant est amputé et soumis à certaines restrictions.

À cause des hausses de cotisation au RPC et au RRQ, tout le monde aura moins d’argent à mettre dans d’autres véhicules d’épargne-retraite plus performants et plus flexibles. Toujours selon nos sondages, ces hausses obligeront même certains propriétaires à geler ou à réduire les salaires. 

Ce que nous avons fait pour contrer ce projet
Le gouvernement fédéral parle d’augmenter le RPC depuis 2010, et, depuis ce moment-là, nous tentons de faire avorter les hausses inutiles. Le tableau est similaire au Québec où le gouvernement a décidé de suivre son homologue fédéral sur sa lancée.

Nous avons :

  • réussi à faire faire tomber les propositions qui visaient à faire doubler les prestations du RPC et du RRQ et avons obtenu des gouvernements des hausses de cotisation moins élevées que prévu au départ,
  • poussé l’Ontario à abandonner son projet de régime de retraite provincial grâce à une pétition signée par 40 000 d’entre vous,
  • convaincu les gouvernements de reporter les hausses de cotisation.

Pour y arriver, nous avons organisé une campagne pour défaire les mythes et ainsi contrer les idées préconçues de certains groupes à propos du RPC et du RRQ. Nous avons démontré que les hausses proposées étaient basées sur des perceptions erronées de l’épargne-retraite. Plus de 50 000 membres comme vous ont signé nos lettres-pétitions pour dire au gouvernement que ces hausses seront néfastes pour les entreprises.

Nous avons remporté une bataille, mais la guerre n’est pas terminée. Nous demandons maintenant au gouvernement de compenser les hausses à venir par d’autres mesures qui allégeraient leur impact sur les propriétaires d’entreprise.

Participez à la lutte!

Appelez ou envoyez un courriel à votre député(e) fédéral(e) pour lui faire savoir que votre entreprise sera touchée par la hausse des cotisations au RPC.

Le RPC et le RRQ sont mal compris et en profitent pour prendre de l’expansion

Les hausses prévues des cotisations au RPC et au RRQ profitent du fait que bien peu de participants comprennent le fonctionnement de ces régimes.

Dans un sondage de 2016, nous avons découvert que :

  • 39 % des Canadiens croient que le gouvernement contribue au RPC ou au RRQ (c’est faux)
  • 27 % des retraités actuels pensent qu’ils profiteront de l’augmentation des régimes (c’est encore faux)
  • 50 % des répondants ne savent pas qu’ils versent 5 % de leur salaire au RPC ou au RRQ (c’est pourtant le cas!)

Pour en savoir plus ou partager votre expérience, parlez à votre conseiller FCEI.