Passer au contenu principal

Travailleurs étrangers temporaires : le gouvernement doit en faire plus pour contrer la pénurie de main-d’œuvre!

  • Accueil
  • Influence
  • Travailleurs étrangers temporaires : le gouvernement doit en faire plus pour contrer la pénurie de main-d’œuvre!

En tant que propriétaire d’entreprise, vous savez combien il peut être difficile de trouver des travailleurs qualifiés, surtout dans les régions éloignées. Si, malgré tous vos efforts, vous n’arrivez pas à mettre la main sur un travailleur canadien, vous devrez peut-être embaucher un travailleur étranger temporaire.

Le recours à des travailleurs étrangers temporaires (TET) pour combler des emplois n’a pas souvent bonne presse. On a cependant tendance à oublier le rôle essentiel que joue le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) pour la survie de nombreuses PME.

Qu’est-ce que le Programme des travailleurs étrangers temporaires?

Le PTET vous permet d’embaucher un travailleur étranger pour pourvoir un poste temporaire lorsque vous ne trouvez aucun travailleur canadien. Pour utiliser ce programme, vous devez faire une longue et coûteuse demande d’Évaluation de l’impact sur le marché du travail au gouvernement. Il vous faudra aussi débourser 1 000 $, somme non remboursable, même si votre demande est refusée!

Officiellement, le PTET a pour but de permettre aux employeurs d’embaucher des travailleurs étrangers pour répondre à une pénurie temporaire de main-d’œuvre, mais il sert souvent à pourvoir des postes permanents difficiles à combler. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement de trouver une solution permanente à la pénurie de travailleurs, surtout pour les employeurs qui ont besoin de travailleurs non qualifiés ou peu spécialisés. Il est effectivement difficile d’embaucher de la main-d’œuvre peu spécialisée en faisant appel aux programmes d’immigration actuels, surtout ceux du fédéral.

PTET : on avance et on recule!

En 2014, le gouvernement fédéral a adopté certaines mesures qui ont compliqué l’embauche des travailleurs étrangers temporaires, notamment en limitant l’accès au PTET pour les entreprises des secteurs de l’hôtellerie et de la vente au détail. Mais grâce à nos pressions pour faire entendre les besoins des PME en matière de main-d’œuvre, le gouvernement actuel revoit le programme de manière continue.

Ottawa a annoncé certains changements au Programme, pas toujours pour le mieux cependant.

Bonnes nouvelles

  • La règle des 4 ans a été abolie. Cela signifie que les TET ont le droit de faire une nouvelle demande pour le même poste (ou un autre) au bout de 4 années de travail, et ce, sans avoir à quitter le Canada.
  • Le gouvernement maintient à 20 % la proportion de TET à bas salaire pour les employeurs qui ont eu recours au Programme avant le 20 juin 2014. Pour les nouvelles demandes faites après cette date, la proportion est réduite à 10 %.
  • La nouvelle Stratégie en matière de compétences mondiales permet l’entrée express de travailleurs hautement spécialisés, en particulier dans le domaine de la haute technologie. Ce programme comprend notamment un traitement accéléré des demandes (2 semaines), des dispenses de permis de travail et un mode de service réservé (pour les employeurs admissibles).

 Mauvaise nouvelle

  • Le budget fédéral 2018 prévoit une hausse des vérifications des employeurs qui ont recours au PTET. Ce processus peut amener son lot de stress et entraver vos activités, notamment parce que vous ne pouvez pas embaucher de TET tant que la vérification n’est pas terminée (et elle peut s’étirer sur des semaines et même des mois). \
    • Si vous avez subi une inspection ou une vérification de Service Canada, dites-nous comment ça s’est passé ! Vos témoignages nous aideront à démontrer au gouvernement l’impact de ces vérifications sur les PME comme la vôtre. 

Nos demandes : des solutions à long terme, pas des mesures temporaires

Nous travaillons pour faire comprendre au gouvernement que vous faites certainement déjà le maximum pour suivre les règles du Programme et répondre à ses exigences, puisque vos employés sont importants pour vous. 

Les choses progressent dans ce dossier, mais c’est loin d’être suffisant pour vous permettre d’embaucher facilement les travailleurs dont vous avez besoin. 

Nous demandons donc au gouvernement de mettre en place les mesures suivantes afin que le PTET tienne compte des besoins de votre entreprise : 

  • Instaurer un Visa d’introduction au Canada afin d’offrir aux travailleurs étrangers, y compris les travailleurs peu qualifiés, une voie d’accès au statut de résident permanent après 2 ans de travail auprès d’un employeur.
  • Revoir les frais de 1 000 $ par demande d’accès au programme ou, à tout le moins, rembourser ces frais lorsque la demande est rejetée (sauf les frais d’administration de 100 $).
  • Éviter que les inspections et les vérifications en entreprises de Service Canada aient lieu pendant les périodes les plus achalandées de l’année ou à un moment qui pourrait entraîner un ralentissement des affaires.
  • S’assurer que les vérifications sont réalisées rapidement, en perturbant le moins possible les activités des entreprises et permettre l’embauche de TET pendant la vérification.