Passer au contenu principal

Budget fédéral 2018 : moins pire que prévu mais…

  • Accueil
  • Media
  • Budget fédéral 2018 : moins pire que prévu mais…

Ottawa, le 27 février 2018 – Même si le budget est venu apporter quelques assouplissements aux mesures annoncées sur les revenus passifs, il demeure qu’il ne favorisera pas la compétitivité et la croissance des PME canadiennes. Telle est la réaction de la FCEI au budget présenté par le gouvernement fédéral aujourd’hui.

Placements passifs
« Même si on doit souligner que le gouvernement a apporté certaines améliorations aux mesures initialement prévues en matière de taxation des revenus passifs, nous devrons voir si à terme, on pourra réellement qualifier le tout d’améliorations. Si les changements annoncés aujourd’hui vont peut-être améliorer un peu la donne pour certaines entreprises par rapport à ce qui avait été initialement annoncé par le gouvernement, certaines entreprises vont perdre leur accès au taux réduit d’imposition réservé aux PME. Cela est d’autant plus préoccupant que le budget est venu aussi spécifier que les nouvelles règles du jeu tiendront compte des investissements passés », affirme Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole nationale de la FCEI.

Compétitivité
« L’ensemble des changements fiscaux annoncés représenteront à terme, une ponction additionnelle de près de 1 milliard $ de plus dans les poches des PME canadiennes. Dans un contexte où les entreprises américaines verront leur impôt diminuer considérablement et où l’incertitude plane autour de l’ALÉNA, il me semble que le Canada devrait œuvrer à améliorer la compétitivité de ses entreprises au lieu de la miner », a ajouté Martine Hébert.

Les déficits qui s’accumulent n’augurent rien de bon
« Quand on voit que le gouvernement n’a pas de plan de retour à l’équilibre budgétaire et qu’il ne cesse d’engranger des déficits, on peut s’inquiéter des impacts que cela aura sur les impôts et les taxes de demain, car tôt ou tard, il faut bien finir par rembourser », a expliqué Mme Hébert. La FCEI rappelle que cette incertitude plane alors même que les coûts ne cessent d’augmenter pour les PME canadiennes. Pensons par exemple aux hausses prévues des cotisations au RPC et RRQ, aux augmentations des taxes sur le carbone ou encore aux hausses importantes du salaire minimum dans plusieurs provinces.

Entrepreneuriat féminin
La FCEI a accueilli favorablement les initiatives visant à favoriser l’entrepreneuriat féminin. « Nous anticipons d’ailleurs avec enthousiasme de travailler à ces initiatives avec la ministre responsable des PME, Bradish Chagger », a indiqué Martine Hébert.

Paperasserie et Agence du revenu du Canada
Enfin, la FCEI a aussi salué les mesures visant à faciliter la vie des entrepreneurs en matière de paperasserie ainsi que notamment les investissements prévus pour l’amélioration des services à la clientèle au sein de l’ARC.

À propos de la FCEI
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de petites et moyennes entreprises du Canada, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs et toutes les régions. Visitez le fcei.ca pour plus d’informations.

Renseignements :
Mélanie Raymond, attachée de presse et conseillère aux affaires publiques, FCEI
Tél. : 514 861-3234 poste 1808 | Cell. : 514 817-0228
[email protected]