Passer au contenu principal

L’Accord économique et commercial global : des opportunités en or, mais aussi méconnues des PME

  • Accueil
  • Media
  • L’Accord économique et commercial global : des opportunités en or, mais aussi méconnues des PME

Montréal, le 20 septembre 2017 – À la veille de l’entrée en vigueur de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne (UE), la FCEI salue cette importante réalisation qui se veut le fruit de la persévérance et du travail de gouvernements fédéraux successifs et de nombreux acteurs provinciaux. « On se doit de souligner cette réalisation du gouvernement fédéral qui donne accès aux entrepreneurs canadiens à une zone économique très importante dans le monde, déclare Martine Hébert, vice-présidente principale à la FCEI. Cela est d’autant plus important dans le climat d’incertitude qui entoure actuellement l’Accord de libre-échange nord-américain. Toutefois, à partir de maintenant, le défi sera d’assurer que les PME puissent concrètement profiter des débouchés potentiels que l’AECG offre, ce qui ne semble pas nécessairement acquis à ce stade-ci. »

Pour marquer l’entrée en vigueur de cet accord historique qui éliminera 98 % des tarifs douaniers entre le Canada et l’UE, la FCEI publie les résultats d’un tout récent sondage qui montrent que les débouchés commerciaux qu’offre l’Accord intéressent un grand nombre de propriétaires d’entreprise au Canada, mais que ces débouchés semblent encore méconnus.

D’après le sondage de la FCEI, plus de la moitié des propriétaires d’entreprise canadiens interrogés (56 %) ont affirmé ne pas être familiers avec les termes de l’AECG. Toutefois, le sondage montre que les opportunités qu’ouvre l’Accord semblent être bien perçues.

En effet, après de brèves explications sur les débouchés potentiels qu’offre l’AECG, près d’un répondant sur cinq (18 %) a indiqué qu’il serait très ou assez probable qu’il tente de faire du commerce avec l’UE après son entrée en vigueur. Par ailleurs, plus de la moitié des répondants qui commercent déjà avec l’UE prévoient augmenter la valeur de leurs importations ou de leurs exportations dans cette région du monde au cours des trois prochaines années.

« Ce qu’il faut faire maintenant, c’est sensibiliser encore davantage les entrepreneurs au marché européen et les aider à identifier les occasions d’affaires potentielles, conclut Mme Hébert. Les gouvernements doivent leur fournir les outils et les ressources nécessaires pour concrétiser cet objectif. »

Recommandations :

Au nom de ses membres, la FCEI a recommandé au gouvernement fédéral d’envisager les mesures suivantes pour assurer la réussite de l’AECG :

  • Expliquer clairement comment les PME peuvent tirer profit de l’Accord.
  • Fournir aux PME les ressources qui leur expliquent concrètement la marche à suivre pour commercer avec l’UE.
  • Collaborer avec l’UE et d’autres acteurs commerciaux à la création d’outils pour les PME. Par exemple, un site Web centralisé permettrait aux PME de trouver de l’information pertinente, rédigée en langage clair, sur les processus douaniers, les documents nécessaires et les règlements qui régissent le transport de leurs marchandises, ainsi que des suggestions sur la façon de s’y conformer.

Le Sondage sur le commerce international a été réalisé en ligne auprès de 4 399 membres FCEI du 15 mai au 26 juin 2017. La marge d’erreur est de plus ou moins 1,48 point de pourcentage, 19 fois sur 20.

Les résultats complets du sondage sont disponibles sur fcei.ca.

À propos de la FCEI

La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de petites et moyennes entreprises (PME) du Canada, comptant 109 000 membres dans tous les secteurs et toutes les régions.

– 30 –

Renseignements : Martine Gagnon, coordonnatrice des affaires législatives, FCEI Tél. : 514 861-3234 poste 1834 | Cellulaire : 514 817-0228 [email protected]