Passer au contenu principal

Locaux commerciaux vacants : la FCEI salue l’intention de la Ville de Montréal de s’attaquer à la problématique

  • Accueil
  • Media
  • Locaux commerciaux vacants : la FCEI salue l’intention de la Ville de Montréal de s’attaquer à la problématique

Montréal, le 19 août 2019 – La FCEI salue le leadership de la mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante, pour trouver des solutions durables au phénomène des locaux commerciaux vacants de la métropole au moyen de consultations publiques.

« Les petits commerçants insufflent du dynamisme aux quartiers et font partie de leur identité. Pour différentes raisons, plusieurs d’entre eux se voient obligés de fermer boutique. Par conséquent, des artères avec un grand potentiel économique comme Saint-Denis, Notre-Dame ou Saint-Laurent se retrouvent parsemées de locaux fantômes. La Ville pourra compter sur la FCEI pour transmettre le point de vue des PME en matière de dynamisation de nos rues commerciales », affirme Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche nationale à la FCEI.

Une problématique à multiples visages
Le phénomène des locaux commerciaux vacants n’est pas unique à Montréal. Plusieurs grandes villes dans le monde font face au même enjeu et ont d’ailleurs développé des solutions prometteuses. Il y a donc une occasion de s’inspirer des meilleures pratiques et rendre les grandes artères à nouveau attrayantes pour les commerces locaux.

« D’emblée, une des solutions pourrait être de repenser la gestion des taxes foncières. En effet, les taxes imposées aux PME montréalaises sont plus de quatre fois celles exigées aux résidents. La Ville doit agir de manière plus agressive afin de réduire l’écart entre les taux de taxation résidentiels et non résidentiels afin de rétablir une plus grande équité envers les entrepreneurs et leur donner le goût de s’installer dans les différents quartiers de Montréal », explique Gopinath Jeyabalaratnam, conseiller aux affaires économiques et gouvernementales à la FCEI.

« Il est connu que les chantiers de construction peuvent affecter le taux d’occupation de certaines artères commerciales. C’est pourquoi nous continuerons à travailler avec la Ville de Montréal pour mitiger au maximum l’impact négatif de ces projets sur les PME locales. Par ailleurs, la réglementation municipale parfois trop rigide peut aussi représenter un obstacle à leur établissement durable au sein de nos communautés », conclut Simon Gaudreault.

La FCEI entend prendre part aux consultations publiques sur les locaux vacants sur les artères commerciales au cours des prochains mois, afin de partager ses recommandations.

À propos de la FCEI
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

– 30 –

Renseignements :
Dominique Des Rosiers, attaché de presse et conseiller aux affaires publiques
Tél. : 514 861-3234 poste 1808 | Cell. : 514 817-0228
[email protected]