Passer au contenu principal

Mettre en place des conditions favorables à l’essor des entreprises et de l’économie québécoise - Les associations patronales rencontrent les chefs des différents partis d'opposition

  • Accueil
  • Media
  • Mettre en place des conditions favorables à l’essor des entreprises et de l’économie québécoise - Les associations patronales rencontrent les chefs des différents partis d'opposition

Québec, le 13 juin 2018 – En cette fin de session parlementaire et à la veille des élections générales, les représentants du Conseil du patronat du Québec (CPQ), de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) et du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ) rencontrent aujourd’hui les chefs des différents partis d'opposition.

Tour à tour, ils s’entretiendront avec madame Manon Massé et monsieur Gabriel Nadeau-Dubois, porte-paroles de Québec Solidaire, monsieur Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle et chef du Parti Québécois, et monsieur François Legault, chef de la deuxième opposition et chef de la Coalition Avenir Québec, afin d’échanger sur les conditions à mettre en place pour favoriser l’essor des entreprises et de l’économie québécoise au bénéfice de la prospérité de toutes les régions du Québec.

Pour des engagements forts envers les entreprises et les employeurs

Même si plusieurs signaux demeurent au vert et témoignent d’une certaine résilience de l’économie québécoise, il demeure que la situation actuelle et future du Québec, ainsi que de son climat d’affaires, demandent d’agir avec prudence et doigté, en prenant des engagements forts en faveur des entreprises et des employeurs, de qui dépend la croissance économique du Québec. 

Les représentants des associations patronales mettent ainsi l’accent sur l’importance de rétablir la confiance dans les relations commerciales avec nos voisins, et ce, autant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur. L’interconnexion entre l’économie du Québec, celle de l’Ontario et des États-Unis demande une attention particulière dans le contexte d’incertitude actuel.

Ils insistent aussi sur l’urgence de continuer de mettre en place des mesures concrètes pour apporter des solutions aux défis découlant de la pénurie de main-d’œuvre, aggravée par le vieillissement démographique du Québec, dans certains secteurs et dans plusieurs régions du Québec.

De plus, les entreprises vivent des transformations sans précédent, stimulées par le virage numérique et la transition énergétique dans lesquels s’est engagé le Québec et ont besoin d’accompagnement pour rester compétitives.

Enfin, les entrepreneurs et les entreprises de toute taille, région ou industrie doivent faire preuve d’une ingéniosité et d’une agilité décuplées par une concurrence mondiale accrue, dans un cadre fiscal, législatif et réglementaire souvent beaucoup plus lourd que dans les juridictions voisines.

Parmi les sujets qui seront abordés, mentionnons notamment :

  • Les défis liés aux besoins de main-d’œuvre dans toutes les régions du Québec et dans tous les secteurs, de même que les contraintes et les risques élevés liés aux réformes en cours dans la réglementation du travail. À cet égard, les représentants des employeurs réitèreront avec insistance que certains éléments du projet de loi modifiant les normes du travail, notamment ceux qui touchent aux régimes de retraite ainsi qu’aux salaires des employés provenant des agences de placement, seront très néfastes pour l’économie québécoise et le climat de travail au Québec ;
  • L’importance de tout mettre en œuvre pour relever la productivité, l’intensité technologique et l’internationalisation des entreprises, de même que l’opportunité qui s’offre actuellement au Québec de combler son retard de compétitivité historique aux plans fiscal, réglementaire et de soutien général à l’entrepreneuriat ;
  • Les défis d’accompagnement pour les entreprises découlant de la transition énergétique vers une économie sobre en carbone, de même que les modifications en cours de la réglementation environnementale en général.

Les représentants patronaux réitèreront l’importance de miser sur des conditions favorables à l’essor de notre économie et de reconnaître objectivement les contraintes avec lesquelles les entreprises québécoises composent.

Étaient présents à la rencontre :

  • M. Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ
  • M. Pierre-Yves Boivin, vice-président, stratégie et affaires économiques de la FCCQ
  • M. Bruno Leblanc, directeur des affaires provinciales de la FCEI
  • Mme Véronique Proulx, présidente-directrice générale de MEQ
  • M. Monsef Derraji, président-directeur général du RJCCQ

 

Renseignements :

Mélanie Raymond
Attachée de presse et conseillère aux affaires publiques
Fédération canadienne de l’entreprise indépendante
Bureau : 514 861-3234, poste 1808
Cellulaire : 514 817-0228
[email protected]