Passer au contenu principal

Orientations en matière d’immigration : des propositions intéressantes, mais un chaînon manquant…

  • Accueil
  • Media
  • Orientations en matière d’immigration : des propositions intéressantes, mais un chaînon manquant…

Montréal, le 2 juin 2016 – La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a accueilli favorablement les orientations gouvernementales en matière d’immigration pour 2017-2019, déposées aujourd’hui par la ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Mme Kathleen Weil. « À première vue, ces orientations semblent pour la plupart intéressantes. Plus de 65 000 postes sont présentement à pourvoir dans les PME du Québec. Nous avons donc besoin de tous les travailleurs disponibles et l’immigration peut certainement contribuer significativement à combler ces postes et à lutter contre les pénuries de main-d’œuvre que l’on connait dans plusieurs secteurs et régions du Québec. Il nous semble toutefois qu’il manque un élément essentiel pour créer un arrimage optimal entre le profil des candidats sélectionnés et les besoins des entreprises : une orientation visant les travailleurs non qualifiés, dont nos PME ont grandement besoin », explique Martine Hébert, vice-présidente principale de la FCEI.

Un besoin aussi criant pour des travailleurs moins qualifiés…
La FCEI rappelle que, selon les dernières prévisions d’embauche, les PME sont principalement à la recherche de personnel de production et des corps de métier (36 %), de professionnels de la vente (23 %) et de personnel administratif ou technique (20 %). « Il ne devrait pas être nécessaire d’avoir un baccalauréat dans ses valises pour venir s’installer ici. L’arrivée au pays de travailleurs capables d’occuper les postes disponibles sur le marché du travail est un atout dont nous ne pouvons nous passer comme société », poursuit Mme Hébert.

Le français : c’est important, mais ça s’apprend!
« Il est certes important de faire la promotion du fait français au Québec. Toutefois, la maîtrise de la langue ne doit pas être un frein à l’immigration des personnes aptes à occuper les emplois disponibles. Le français peut très bien s’apprendre ici avec des programmes d’accompagnement et de formation adéquats et en nombre suffisant. On ne devrait donc pas rejeter du revers de la main des candidats intéressants en raison de leur moins bonne connaissance de la langue à leur arrivée », affirme Martine Hébert.

La FCEI entend faire valoir ses recommandations dans le cadre des consultations qui seront organisées autour des orientations présentées aujourd’hui.

À propos de la FCEI
La FCEI est le plus grand regroupement de petites et moyennes entreprises du Canada, comptant 109 000 membres dans tous les secteurs et toutes les régions, dont 24 000 au Québec.

 

Renseignements :
Amélie Desrosiers, conseillère, Affaires publiques et relations médias, FCEI
Téléphone : 514 861-3234 poste 1824 | Cellulaire : 514 817-0228
[email protected]