Passer au contenu principal

Pénurie de main-d’œuvre aiguë au Canada atlantique : les PME forcées de faire plus avec moins

  • Accueil
  • Salle de presse
  • Pénurie de main d’œuvre aiguë au Canada atlantique : les PME forcées de faire plus avec moins

Moncton, le 3 décembre 2018 – Face à une main-d’œuvre qui se réduit comme peau de chagrin, les PME de la région de l’Atlantique n’ont d’autre choix que de s’adapter à une réalité particulièrement troublante : les travailleurs sont de plus en plus difficiles à trouver. La pénurie de main-d’œuvre menace la croissance économique, comme le montre le tout dernier rapport de la FCEI sur la question. Plus de 20 % de PME envisagent d’annuler leurs plans d’expansion parce qu’elles ne trouvent pas le personnel dont elles ont besoin.

 

«Comme première ligne de défense, les propriétaires de PME font de plus en plus de travail eux-mêmes. Pour ceux qui sont constamment à la recherche d’employés, toute croissance future est pratiquement impossible», affirme Louis-Philippe Gauthier, directeur des affaires provinciales de la FCEI pour le Nouveau-Brunswick.

 

Les provinces de l’Atlantique misent sur l’immigration pour faire contrepoids au déclin démographique, mais les programmes d’immigration visent surtout à attirer des travailleurs hautement qualifiés et hautement scolarisés. Or, d’après le rapport de la FCEI, les PME ont un besoin criant de travailleurs de tous les niveaux de compétence.

 

«Pour que le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique soit plus efficace, nous recommandons encore une fois la création d’un visa d’introduction au Canada qui permettrait aux travailleurs peu qualifiés de devenir un jour résidents permanents», précise M. Gauthier.

 

Beaucoup d’entreprises investissent également dans l’équipement et les technologies pour innover et rester productives. Malheureusement, les taxes régionales sont élevées, le fardeau réglementaire est lourd et les taxes fédérales, comme les cotisations au RPC et la taxe sur le carbone, augmentent. Les PME ont donc de plus en plus de difficulté à financer leurs projets et à investir.

 

«Les subventions gouvernementales sont trop limitées et les formalités de demande sont un véritable casse-tête administratif, sans compter que beaucoup de PME ne peuvent y accéder ou n’ont pas les ressources nécessaires pour le faire. Les gouvernements de la région devraient chercher des

moyens de permettre aux chefs de PME de déduire une part beaucoup plus importante de leurs dépenses en nouvel équipement ou en nouvelles technologies au cours de l’année de l’achat», conclut M. Gauthier.

 

Le rapport intégral peut être consulté sur www.fcei.ca.

 

 

À propos de la FCEI

La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions, dont 13000 dans la région de l’Atlantique. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

– 30 –

 

Renseignements :

Louis-Philippe Gauthier, directeur des affaires provinciales pour le Nouveau-Brunswick

Tél. : 506 961-5706

[email protected]