Passer au contenu principal

Retraite anticipée dans la fonction publique : un privilège qui coûte cher

Montréal, le 3 mars 2016 – Dans une étude publiée aujourd’hui à l’aube du dépôt des budgets fédéral et de diverses provinces, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) met en lumière les coûts importants qui sont liés à la « prestation de raccordement », un incitatif à la retraite anticipée dont on parle peu et qui est offert aux employés du secteur public.

Les travailleurs du secteur privé qui prennent une retraite anticipée, soit avant l’âge de 65 ans, touchent des prestations réduites du Régime de pensions du Canada (RPC)/Régime de rentes du Québec (RRQ) pour le restant de leur vie. Par contre, pour plusieurs travailleurs du secteur public qui prennent une retraite anticipée, une prestation de raccordement leur est versée temporairement jusqu’à ce qu’ils atteignent 65 ans afin de compléter leur revenu de retraite. Dans la plupart des cas, le montant de cette prestatation est plus ou moins égal à la pleine pension du RPC/RRQ qu’ils recevront à 65 ans. Ce revenu de retraite suplémentaire leur permet d’attendre à 65 ans avant de demander leurs prestations du RPC/RRQ. Ils évitent ainsi la pénalité et les prestations réduites à vie. En 2015, cela représentait en moyenne un avantage annuel de 8 000 $ par fonctionnaire au Canada.  

« C’est un fait bien connu : les régimes de retraite de la fonction publique sont très généreux et on leur trouve peu d’équivalents dans le secteur privé en raison des coûts astronomiques que cela représenterait, déclare Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole nationale de la FCEI. On peut donc se demander pourquoi les gouvernements, et donc les contribuables, devraient continuer à financer ainsi les retraites anticipées dans la fonction publique. Avouons que cette situation semble peu équitable pour les contribuables qui peinent à épargner pour leur propre retraite. »

Des coûts qui se chiffrent à plusieurs centaines de millions de dollars

La prestation de raccordement varie d’un régime de retraite du secteur public à l’autre, mais en 2015, elle représentait en général un montant annuel de 7 400 $ à 8 800 $ par participant. En ce qui a trait aux coûts globaux de cette mesure, la FCEI a calculé, à titre d’exemple et à partir des dernières données disponibles, que les coûts totaux de cet avantage se sont élevés à plus de 385 millions $ en 2010-2011, et ce, uniquement dans la fonction publique fédérale. 

 

Montant annuel de la prestation de raccordement en vertu des régimes de retraite de la fonction publique du fédéral et des provinces, 2015

Régime

Montant annuel de la prestation de raccordement

   
   
Colombie-BritanniquePublic Service Pension Plan8 190 $
AlbertaPublic Service Pension PlanS. O.
SaskatchewanThe Public Employees Pension PlanS. O.
ManitobaCivil Service Superannuation PlanS. O.
OntarioRégime de retraite des fonctionnaires8 607 $
Québec

Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP)

8 373 $
Nouveau-BrunswickRégime à risques partagés dans les services publics8 327 $
Île-du-Prince-ÉdouardCaisse de retraite de la fonction publique (CRFP)8 820 $
Nouvelle-ÉcossePublic Service Superannuation Plan8 373 $
Terre-Neuve-et-LabradorPublic Service Pension Plan7 378 $
FédéralRégime de retraite de la fonction publique7 476 $

Remarque : Dans ce tableau, on utilise comme exemple le montant de la prestation de raccordement d’un fonctionnaire qui prend sa retraite en 2014 à 60 ans, qui compte 24 années de service ouvrant droit à pension et touche un salaire moyen de 60 000 $.

 

Ces données sont d’autant plus préoccupantes que les statistiques montrent que plus de 80 % des employés du secteur public ayant pris leur retraite entre 2007 et 2011 avaient moins de 65 ans. Par comparaison, dans le secteur privé, cette proportion est de 60 % et elle se chiffre à 47 % pour les travailleurs autonomes.

« Certains organismes publics, dont la Banque du Canada, ont éliminé la prestation de raccordement de leurs régimes de pension. Nous recommandons d’ailleurs à tous les gouvernements d’envisager d’emboîter le pas, car cet avantage ajoute une pression sur les coûts des régimes de retraite du secteur public qui sont, rappelons-le, assumés en grande partie par les contribuables », conclut Mme Hébert.

À propos de la FCEI La FCEI est le plus grand regroupement de petites et moyennes entreprises du Canada, comptant 109 000 membres dans tous les secteurs et toutes les régions, dont 24 000 au Québec.

Renseignements : 
Amélie Desrosiers, 
Conseillère, Affaires publiques et relations médias, FCEI 
Téléphone : 514 861-3234 poste 224 | Cellulaire : 514 817-0228 
[email protected]