Skip to main content

Les PME du Québec dévoilent leurs attentes avant le mini-budget

Paperasserie, pénurie de main-d’œuvre et fiscalité sont au menu

Montréal, le 24 novembre 2021 – À la veille du mini-budget du gouvernement du Québec, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) dévoile les attentes des PME québécoises. Selon les résultats préliminaires d’un sondage de novembre, les mesures prioritaires que le gouvernement provincial devrait adopter selon les PME sont : 
•    Réduire la paperasse gouvernementale pour les PME (74 %)
•    Aider les employeurs à faire face aux pénuries de main-d’œuvre/compétences (74 %)
•    Assurer une taxation équitable pour les PME (62 %)
•    Réduire la taille de l’administration publique (60 %)
•    Aider les PME touchées par la pandémie (52 %)

Pénurie de main-d’œuvre : le frein des PME québécoises

Les données du sondage de la FCEI révèlent que les conséquences économiques causées par la pénurie de main-d’œuvre s’empirent de jour en jour. Il y a plus d’entreprises qui doivent refuser des contrats (44 % en novembre comparativement à 26 % en janvier) et les entrepreneurs s’essoufflent, car ils font davantage d’heures de travail (63 % en novembre comparativement à 51 % en janvier). Aussi, il y a plus d’opportunités d’affaires qui s’éteignent : en janvier, 17 % des PME devaient annuler ou reporter des contrats. Aujourd’hui, elles sont 34 % à devoir prendre cette décision difficile. 

« En septembre dernier, les PME demandaient au gouvernement du Québec de faire de la pénurie de main-d’œuvre la priorité de la rentrée parlementaire. Encore aujourd’hui, elles envoient un message très fort au gouvernement qu’il est urgent d’agir. Nous n’avons plus le luxe d’attendre. Le ministre des Finances doit adopter des mesures phares qui répondent aux besoins des PME et qui minimiseront les impacts négatifs pour notre économie », déclare François Vincent, vice-président pour le Québec de la FCEI. 

Devant cette crise de pénurie de main-d’œuvre, les attentes des dirigeants de PME sont très claires. Ils demandent la réduction des taxes et impôts et la bonification des crédits d’impôt afin de les aider à attirer des candidats. Ensuite, ils désirent être informés des programmes en place et recevoir soutien et accompagnement dans la recherche de candidats disponibles. Enfin, ils demandent que le Québec attire plus de talents grâce à l’immigration. 

La première conséquence de cette pénurie de main-d’œuvre est de faire travailler davantage les dirigeants de PME. Donc, le temps passé à remplir de la paperasserie pèse maintenant plus dans la balance. Dans ce contexte, l’allègement du fardeau administratif et réglementaire prend encore plus d’importance pour aider nos PME et stimuler l’économie.  

Fiscalité des petites entreprises et taille de l’administration publique : l’éléphant dans la pièce

Le Québec est toujours la seule province canadienne qui taxe comme des multinationales ses plus petites entreprises des secteurs de la construction et des services, si ces dernières ne rémunèrent pas 5 500 heures (près de 3 employés à temps plein). Les mêmes critères empêchent ces entreprises d'avoir accès aux crédits d'impôt qui pourraient les aider à accueillir des travailleurs expérimentés et éloignés du marché du travail. Le Québec impose également des taxes sur la masse salariale plus élevées que les autres provinces canadiennes. 

« D’octobre 2018 à octobre 2021, les emplois dans le secteur public ont gonflé de 12,7 %. Faire grossir l’État met énormément de pression sur l’augmentation des taxes et impôts. Les entrepreneurs demandent au gouvernement du Québec d’assurer le contrôle de la taille de l’administration publique ainsi que d’établir une taxation équitable pour les PME », ajoute François Vincent. 

La FCEI souligne que les PME ne sont pas sorties de la pandémie et qu’elles ont toujours besoin de soutien. Le gouvernement du Québec doit continuer d’adapter son aide, notamment au niveau des années de remboursement pour les entreprises qui ont pu bénéficier des programmes d’aide mis en place. 

Pour rappel, la FCEI a soumis un mémoire au gouvernement du Québec intitulé « Feuille de route des PME pour la relance ». Elle y propose les pistes d’actions à adopter rapidement pour favoriser la croissance des PME et stimuler l’économie partout au Québec. 

Méthodologie
Sondage Votre voix, mené du 4 au 23 novembre 2021, résultats préliminaires n= 614 répondants, marge d’erreur: + 3,9 %.

Sondage Votre Voix, mené du 12 au 31 janvier 2021, résultats finaux n=709 répondants, marge d’erreur: + 3,7 %

Croissance des emplois du secteur public : lien.

À propos de la FCEI 
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 95 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus. 

– 30 –

Renseignements :
Maud Larivière, attachée de presse, FCEI
Tél. : 514 861-3234 poste 1808 | Cell. : 514 817-0228
[email protected] 
 

Partagez cet article: Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Sujets dans cet article: Communiqués de presse

Documents connexes