Passer au contenu principal

Relance économique reportée à Montréal : la FCEI demande de permettre le ramassage à la porte

  • Accueil
  • Relance économique reportée à Montréal : la FCEI demande de permettre le ramassage à la porte

Montréal, le 4 mai 2020 - La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) prend acte de la décision du gouvernement du Québec de reporter l’ouverture des commerces non essentiels de la grande région de Montréal au 18 mai. Comme elle l’a toujours mentionné, la priorité devrait être de sauver des vies, mais l’économie du Québec et la santé financière des PME doivent être aussi protégées. 

Présentement dans la région métropolitaine de Montréal, c’est un tiers (33 %) des PME qui est complètement fermé et près de la moitié (46 %) qui ne sont que partiellement ouvertes à cause de la COVID-19.

« Les petites entreprises ont dû se soumettre très rapidement à des fermetures pour limiter la propagation de la COVID-19. Elles ont subi des pertes importantes aux bénéfices des grandes chaînes américaines et des géants du web. Or, ces petits commerces de proximité peuvent faire partie de la solution, car, étant donné leurs tailles, elles sont plus agiles et peuvent adapter leurs activités aux besoins de distanciation sociale, » affirme François Vincent, vice-président à la FCEI.

Permettre explicitement à tous les commerces de proposer le ramassage à la porte
À l’instar de huit autres provinces canadiennes, la FCEI souhaite que le gouvernement du Québec permette explicitement à tous les commerces (incluant les non essentiels) de proposer aux clients le ramassage sans contact à la porte. Cette façon de faire leur permettra, tout en respectant les normes de distanciation physique, de générer des revenus, aussi peu qu’ils soient.

Ainsi, à l’approche de la fête des Mères, les fleuristes et autres commerces de la grande région de Montréal pourraient vendre leurs produits, en ligne ou par téléphone, et les livrer directement à la porte de leurs commerces. Cette mesure permettrait aussi aux autres commerces actuellement fermés, comme les spas et salons de coiffure, de vendre des produits spécialisés. Le ramassage à la porte inscrit comme autorisé sur le site web du gouvernement quebec.ca/coronavirus enverrait un signal fort aux petits commerçants.

Assurer la santé publique à tout prix
Les entrepreneurs sont conscients que les mesures sanitaires mises en place par la Santé publique sont nécessaires pour éviter une deuxième vague de contamination et une deuxième phase de confinement qui pourrait leur être fatal. Selon la FCEI, Québec devrait les soutenir tant sur le plan de l’approvisionnement que sur le plan du financement.

« Sur le plan de l’approvisionnement, il serait utile que le gouvernement mette en ligne une liste de fournisseurs en masques, gants, visières, désinfectants, respectant les hauts standards hygiéniques. Cela éviterait que des produits défectueux ou inefficaces soient utilisés. Concernant le financement, le gouvernement pourrait réaménager ses programmes et prêts déjà existants afin d’accorder une aide non imposable et non remboursable aux commerces qui doivent mettre en place des mesures sanitaires pour assurer la protection du public, » conclut M. Vincent.

À propos de la FCEI
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

– 30 –

Renseignements : 
Wissal El Alaoui, attachée de presse, FCEI
Tél. : 514 861-3234 poste 1808 | Cell. : 514 817-0228
[email protected]