Passer au contenu principal

Comparaison des salaires et avantages sociaux du secteur public et du secteur privé

Le secteur public et parapublic est l’un des principaux employeurs au Canada. En tout, il est l’employeur de 3,6 millions de Canadiens, ce qui correspond à plus d’un emploi sur cinq. Puisque la plupart de ces emplois sont financés, en totalité ou en partie, par les recettes fiscales, on a assurément intérêt à se demander à quel point les salaires offerts dans le secteur public sont représentatifs des normes en vigueur dans le secteur privé et sont justifiés. Les données les plus récentes, soit celles de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011, qui porte sur les salaires de 2010, indiquent que les fonctionnaires continuent d’être mieux payés, et ce, même après les ajustements effectués en fonction du groupe professionnel, de l’âge et du niveau de scolarité. Et l’écart est encore plus grand si on tient compte des avantages sociaux, comme le nombre d’heures de la semaine de travail et les régimes de retraite. Cela a un impact énorme sur les dépenses publiques. En 2010, les coûts essentiels de la rémunération dans la fonction publique s’en sont trouvés gonflés de près de 20 milliards de dollars.

Parmi les principaux employeurs du secteur public, c’est dans la fonction publique fédérale qu’on observe l’écart le plus important, soit un avantage salarial de 13,0 %, et l’écart de rémunération atteint 33,2 % si on tient compte des avantages sociaux. Les avantages salariaux dans les municipalités sont presque aussi grands, soit 8,9 % (écart de rémunération de 22,3 %, avec les avantages sociaux). Ensemble, les gouvernements provinciaux semblent réussir à maintenir un écart salarial plus raisonnable, soit 5,5 %, mais l’écart se creuse pour atteindre 21,2 % quand on prend les avantages sociaux en considération.

L’analyse de la FCEI considère aussi une partie du secteur parapublic, comme les établissements d’enseignement et de soins de santé, les organismes de transport en commun et Postes Canada. Comme le montre la figure 1, les résultats sont similaires.

Mind the gap