Skip to main content

Baromètre des affaires -Décembre 2021

Résultats du sondage du mois de décembre 2021 sur les perspectives des PME

Le niveau d’optimisme des propriétaires de PME est mitigé en décembre à l’échelle du pays. L’indice de confiance à court terme a baissé de quelques points, tandis que l’indice de confiance à long terme est resté stable.  

L’indice du Baromètre des affairesᴹᴰ de la FCEI à court terme, qui est basé sur les attentes des propriétaires de PME sur 3 mois en termes de performance, a baissé de 4,6 points et s’établit à 45,1. Sur un horizon de 12 mois, il a resté presque au même niveau qu’en novembre, soit 62,6. 

L’indice étant mesuré sur une échelle de 0 à 100, un niveau supérieur à 50 signifie que les entrepreneurs qui s’attendent à de meilleurs résultats pour les douze prochains mois sont plus nombreux que ceux qui envisagent une performance plus faible.

À l’échelle provinciale, les perspectives à court terme sont moroses, à l’exception de celles de la Nouvelle-Écosse et de l’Alberta qui montrent de légers signes d’amélioration. Par ailleurs, les perspectives à long terme sont mitigées : l’indice est en hausse dans quatre provinces (N.-É., Ont, C.-B., Alb.), stable à T.-N.-L., mais baisse fortement dans les autres provinces. 

Sur le plan sectoriel, les perspectives à court terme sont frileuses, la plupart des secteurs enregistrent seulement de légers gains tandis que certains sont en chute libre. Dans le secteur du détail, le niveau d’optimisme a chuté brutalement et atteint les mêmes niveaux que ceux atteints en 2020 ou début 2021. Les perspectives à long terme s’améliorent légèrement dans les secteurs des services professionnels, de la finance et de l’assurance.  

Les autres indicateurs sont moroses, qu’il s’agisse des plans d’embauche de personnel à temps plein ou de la situation générale des affaires. Toutefois, la hausse des prix prévue pour l’an prochain a atteint des sommets, soit 4,6 %. Enfin, l’augmentation des salaires s’est stabilisée à 3 % en décembre. 

Les prix des carburants, de l’énergie, de l’assurance et des salaires représentent les contraintes de coûts les plus lourdes. 
 

Questionnaire

Andreea Bourgeois, directrice, économie, [email protected]

Simon Gaudreault, Vice-président de la recherche nationale, [email protected]

 

22 décembre 2021