Passer au contenu principal

Baromètre des affaires - Août 2018

  • Accueil
  • Baromètre des affaires - Août 2018

Résultats du sondage du mois d'août 2018 sur les perspectives des PME

 

Au mois d’août, la confiance des propriétaires de PME canadiens a continué l’évolution en dents de scie qu’elle connaît depuis le début de l’année. Les craintes de ces derniers mois liées au commerce international semblant s’être apaisées, l’indice du Baromètre des affairesMD de la FCEI a pratiquement repris tous les points qu’il avait perdus en juillet. Le niveau de 61,6 atteint ce mois-ci constitue l’un des records depuis 2015, sans toutefois être le meilleur résultat de 2018.

L’indice a progressé dans huit provinces sur dix. Il s’est notamment bien repris dans celles qui ont été le plus durablement touchées par l’effondrement des prix du pétrole, à savoir la Saskatchewan, où il enregistre le gain le plus important (57,9), et Terre-Neuve-et-Labrador (56,5). C’est encore à l’Île-du-Prince-Édouard (74,0) et au Québec (71,8) que les chefs d’entreprise sont les plus confiants. La hausse de l’indice en Nouvelle-Écosse (66,9) et au Manitoba (62,4) laisse à penser que les chefs d’entreprise de ces provinces sont raisonnablement optimistes. Les résultats du Nouveau-Brunswick (58,0) et de l’Ontario (57,6) restent en dessous de la moyenne. Ils ont légèrement faibli en Colombie-Britannique (55,9) et en Alberta (53,9), mais cela a suffi pour les faire tomber au bas du classement national.

Du côté des industries, la situation est plus équilibrée : l’indice a augmenté dans 7 secteurs et baissé dans 6 autres. Le commerce de détail et les ressources naturelles enregistrent les gains les plus importants. Les baisses les plus fortes se trouvent dans les services financiers, les transports et la construction.

L’indice étant mesuré sur une échelle de 0 à 100, un niveau supérieur à 50 signifie que les entrepreneurs qui s’attendent à de meilleurs résultats pour les douze prochains mois sont plus nombreux que ceux qui envisagent une performance plus faible. L’indice varie normalement entre 65 et 70 lorsque l’économie réalise son plein potentiel de croissance.

Les propriétaires de PME sont 44 % à penser que leur entreprise est en bonne santé, contre 10 % qui sont d’avis contraire – un léger mieux par rapport à juillet. Les plans d’embauche nets de personnel à temps plein n’ont pas vraiment changé : 17 % des chefs de PME prévoient recruter, tandis que 12 % envisagent de réduire leurs effectifs au cours des trois ou quatre prochains mois. Les chefs d’entreprise comptent aussi augmenter les salaires et les prix de 2 % et 2,4 % respectivement en moyenne au cours des 12 prochains mois.

 

Questionnaire

 

Ted Mallett, vice-président et économiste en chef, 416 222-8022
Andreea Bourgeois, analyste principale, 506 855-2526
Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche nationale, 514 861-3234