Passer au contenu principal

Baromètre des affaires - Avril 2019

  • Accueil
  • Baromètre des affaires - Avril 2019

Résultats du sondage du mois d'avril 2019 sur les perspectives des PME

La confiance des propriétaires de PME a peu évolué en avril et est restée aussi fragile que depuis le début de l’année.  L’indice du Baromètre des affairesMD de la FCEI s’est inscrit à 56,7, en légère hausse – moins d’un point – par rapport aux résultats peu reluisants de mars (55,9).

L’indice de confiance a ainsi très peu varié par province, que ce soit à la hausse ou à la baisse. La Nouvelle-Écosse, où l’indice est relativement sain, domine une nouvelle fois le classement (66,7). Au Québec, les résultats sont bons (63,6), mais moins que ces derniers mois. L’indice a plus ou moins fait du surplace à l’Île-du-Prince-Édouard (60,7) et en Ontario (59,1), mais il s’y est maintenu au-dessus de la moyenne nationale. L’Alberta a encore terminé au bas du classement et, malgré un gain de 2 points (44,1), l’indice demeure 10 points sous le niveau de novembre dernier. Les résultats de Terre-Neuve-et-Labrador (48,8), du Manitoba (50,9) et de la Saskatchewan (50,4) sont très comparables. On peut en dire autant de ceux du Nouveau-Brunswick (53,5) et de la Colombie-Britannique (55,5), mais ils sont plus près de la moyenne nationale.

Du côté des industries, où il peut y avoir un peu plus de volatilité, on constate en fait quelques variations. Sur les six secteurs en progrès, c’est dans les services professionnels, les soins de santé et les ressources naturelles que l’indice a gagné le plus de terrain, et il a le plus reculé dans les secteurs de l’information et de l’agriculture. 

D’autres indicateurs de performance inclus dans le sondage restent modestes. En effet, 39 % des chefs de PME estiment que leurs affaires vont bien, tandis que 11 % affirment le contraire. Ils sont 19 % à envisager de recruter du personnel à temps plein au cours des prochains mois, contre 13 % qui prévoient réduire leurs effectifs – résultat positif, mais pas tant que ça pour cette période de l’année. Enfin, 38 % déclarent avoir du mal à trouver de la main-d’œuvre qualifiée, ce qui est inférieur aux tendances de la majeure partie de l’année dernière.

Questionnaire

 

Ted Mallett, vice-président et économiste en chef, 416 222-8022
Andreea Bourgeois, analyste principale, 506 855-2526
Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche nationale, 514 861-3234