Passer au contenu principal

Baromètre des affaires - Juin 2018

  • Accueil
  • Baromètre des affaires - Juin 2018

Résultats du sondage du mois de juin 2018 sur les perspectives des PME

 

La confiance des propriétaires de petites et moyennes entreprises (PME) du Canada n’a guère changé en juin. L’indice du Baromètre des affairesMD de la FCEI a tout juste perdu 0,3 point par rapport à mai, atteignant 62,2. Toutefois, l’optimisme demeure dans l’ensemble en deçà des normes de 2010 à 2014 situées autour des 65.

Les propriétaires de PME de l’Île-du-Prince-Édouard et du Québec sont encore une fois les plus optimistes du pays. Les indices de ces deux provinces sont forts (74,5 et 72,8 respectivement) et ont gagné 4 points et quelques par rapport au mois dernier. L’indice de l’Alberta a, quant à lui, progressé d’environ 3 points, mais à 56,5, il demeure faible. On constate des baisses en Saskatchewan (44,8), en Ontario (62,4) et au Nouveau-Brunswick (59,0). Dans le reste du pays, les résultats sont plus ou moins les mêmes qu’en mai : Terre-Neuve-et-Labrador (50,0), Nouvelle-Écosse (62,5), Manitoba (59,3) et Colombie-Britannique (58,8).

Les résultats par industrie sont plutôt équilibrés, bien que les secteurs de l’agriculture et des ressources naturelles s’en sortent moins bien que les autres. Les indices des onze autres secteurs sont compris dans une fourchette très étroite : entre 60 et 66 environ.

L’indice étant mesuré sur une échelle de 0 à 100, un niveau supérieur à 50 signifie que les entrepreneurs qui s’attendent à de meilleurs résultats pour les douze prochains mois sont plus nombreux que ceux qui envisagent une performance plus faible. L’indice varie normalement entre 65 et 70 lorsque l’économie réalise son plein potentiel de croissance.

Les autres indicateurs relatifs à la performance des entreprises et aux perspectives des chefs de PME sont plus positifs. La proportion de répondants satisfaits de leurs résultats a atteint un niveau record (47 %), et ils ne sont que 10 % à les déplorer. Les plans d’embauche à temps plein se sont également améliorés, 19 % des entrepreneurs prévoyant recruter du personnel, contre seulement 9 % qui envisagent de réduire leurs effectifs. Les perspectives à l’égard des carnets de commandes et des comptes clients sont également favorables.

 

Questionnaire

 

Ted Mallett, vice-président et économiste en chef, 416 222-8022
Andreea Bourgeois, analyste principale, 506 855-2526
Simon Gaudreault, directeur des affaires économiques pour le Québec, 514 861-3234