Passer au contenu principal

Baromètre des affaires - Mars 2019

  • Accueil
  • Baromètre des affaires - Mars 2019

Résultats du sondage du mois de mars 2019 sur les perspectives des PME

La confiance des propriétaires de PME s’est érodée en mars, effaçant du coup les progrès du mois précédent. L’indice du Baromètre des affairesMD de la FCEI a perdu trois points (55,9) et demeure parmi les plus faibles de ces trois dernières années. Normalement, l’économie se porte bien quand l’indice atteint ou dépasse la barre des 65.

La Nouvelle-Écosse et le Québec sont les seules provinces à afficher un bon niveau d’optimisme : 66,8 et 65,3 respectivement. L’indice a reculé de près de 5 points en Ontario, passant juste sous la barre des 60, comme l’Île-du-Prince-Édouard. Les résultats ont un peu progressé en Colombie-Britannique et au Nouveau-Brunswick, mais ils restent proches de la moyenne nationale (autour de 55). Les propriétaires de PME de l’Alberta sont encore une fois les plus pessimistes au pays (42,1), et ceux de Terre-Neuve-et-Labrador (48,7), de la Saskatchewan (50,8) et du Manitoba (51,4) ne sont guère plus confiants.

Du côté des industries, les perspectives des chefs d’entreprise sont relativement homogènes, mis à part dans deux secteurs : les ressources naturelles, en baisse de 5,8 points (38,8 seulement), et l’agriculture (49,0), souvent plus maussade à cette période de l’année. Le secteur du commerce de gros est le plus confiant de tous (61,0), mais quatre autres catégories du secteur des services se suivent à un point d’écart. De même, les principaux secteurs de l’offre de services directs aux consommateurs, c’est-à-dire la vente au détail, l’hébergement/restauration et les services personnels, se tiennent entre 55 et 58, ce qui correspond à la moyenne nationale.

Les autres indicateurs montrent de nombreux signes de mollesse. Les plans d’embauche, par exemple, sont moins forts ce mois-ci. En effet, seuls 17 % des chefs de PME prévoient recruter du personnel à temps plein, contre 15 % qui envisagent de réduire leurs effectifs à court terme, ce qui est inhabituel. De même, les plans relatifs aux salaires et aux prix pour les 12 prochains mois sont encore moins toniques qu’avant (juste 1,7 % et 1,5 % respectivement). Quant aux perspectives à l’égard des carnets de commandes et des comptes clients, elles demeurent plutôt faibles par rapport aux normes de ces deux dernières années.

Questionnaire

Ted Mallet, vice-président et économiste en chef, 416 222-8022

Andreea Bourgeois, analyste principale, 506 855-2526

Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche nationale, 514 861-3234