Passer au contenu principal

Déboulonner les mythes sur le salaire minimum

  • Accueil
  • Déboulonner les mythes sur le salaire minimum

La FCEI déboulonne les mythes sur les hausses du salaire minimum en montrant qu’elles ne sont pas efficaces. En plus de nuire à l’emploi, les hausses ne vont pas entièrement dans les poches des travailleurs payés au salaire minimum. 

Les taux du salaire minimum ont grimpé régulièrement au fil des années de part et d’autre du Canada. Les gouvernements provinciaux les utilisent couramment pour séduire les travailleurs canadiens et ils affirment souvent que cette mesure vise à faire gonfler les revenus des travailleurs qui touchent le salaire minimum. Toutefois, ce qu’ils ne disent pas, c’est qui sort réellement gagnant ou perdant de ces hausses. 

D’un côté, les hausses du salaire minimum ont un impact négatif sur les employeurs, en particulier les propriétaires de PME qui ont généralement besoin de proportionnellement plus de travailleurs que les grandes entreprises. Les employeurs peuvent être forcés de faire des mises à pied, de geler l’embauche ou même de réduire les heures de travail de leurs employés. Ils peuvent aussi se voir contraints de compenser la hausse des coûts de main-d’œuvre en augmentant les prix, en limitant les investissements dans leur entreprise et en réduisant la formation de leurs employés. De l’autre côté, les gouvernements profitent des hausses du salaire minimum aux dépens des entreprises, car l’impôt sur le revenu des particuliers et les taxes sur la masse salariale sont plus élevés, ce qui grossit les recettes publiques.