Passer au contenu principal

Postes à pourvoir : Les postes vacants dans le secteur privé au T3 2019

  • Accueil
  • Postes à pourvoir : Les postes vacants dans le secteur privé au T3 2019

Novembre 2019

Ted Mallett, vice-président et économiste en chef

Le taux de postes vacants dans le secteur privé au Canada s’est stabilisé au cours de l’année écoulée, mais il reste à un sommet historique. Il s’est maintenu à 3,2 % au T3 2019, et ce, pour le cinquième trimestre de suite. Selon les dernières statistiques de la FCEI, cela représente environ 433 000 postes vacants dans le secteur privé, soit à peu près 1 500 de plus qu’au T2 de 2019 et 15 000 de plus qu’un an auparavant. 

On observe relativement peu de changement sur le plan régional, mais les écarts considérables entre les régions persistent, reflet de la grande diversité des conditions du marché du travail au pays. Dans les Prairies et à Terre-Neuve-et-Labrador, deux régions particulièrement touchées par les difficultés du secteur des ressources, le taux de postes vacants a gagné un dixième de point, mais demeure un point sous la moyenne nationale. La situation est stable partout ailleurs. 

C’est encore au Québec et en Colombie-Britannique qu’il y a le plus de postes vacants (4 % et 3,8 %, respectivement). En Ontario, le taux est conforme à la moyenne nationale (3,2 %) et il oscille entre 1,9  % et 3,0 % dans les Maritimes. 

Les statistiques montrent également de fortes variations sectorielles, de même que des écarts dans certains secteurs. En effet, le taux de postes vacants a tendance à être plus élevé dans les secteurs où prévalent les petites entreprises que dans ceux qui sont dominés par les grandes. Par ailleurs, malgré la stabilité globale des 12 derniers mois, on constate une augmentation graduelle du taux de postes vacants dans les secteurs de l’agriculture, de l’information, de l’hébergement/la restauration, et une baisse dans les secteurs de la fabrication, des transports, du commerce de gros et du commerce de détail.

Bien que la géographie et le secteur soient des facteurs déterminants, ce sont surtout les perspectives d’avenir, les intentions de croître, la taille de l’entreprise et les caractéristiques des emplois dans les entreprises qui expliquent les taux de postes vacants. Un impact important sur les salaires se fait également ressentir : les employeurs qui ont au moins un poste vacant prévoient une hausse moyenne globale des salaires de 2,3 % au T3, contre 1,4 % pour ceux qui n’en ont aucun.