Passer au contenu principal

Retraite anticipée des fonctionnaires : un avantage qui coûte cher

  • Accueil
  • Retraite anticipée des fonctionnaires : un avantage qui coûte cher

Si vous êtes un travailleur du secteur privé et partez à la retraite avant 65 ans, votre prestation de retraite provenant du Régime de pensions du Canada/Régime de rentes du Québec (RPC/RRQ), si vous la demandez, sera amputée d’un certain montant pour le reste de vos jours.

Par contre, de nombreux travailleurs de la fonction publique ont, dans leur régime de retraite, une clause qu’on appelle  « prestation de raccordement ». Cette prestation temporaire destinée à compléter le revenu de retraite des fonctionnaires qui prennent une retraite hâtive est versée jusqu’à ce que le retraité atteigne 65 ans. Dans la plupart des cas, le montant de cette prestation est plus ou moins égal à la pleine pension du RPC/RRQ que le travailleur recevra à 65 ans. Ce revenu de retraite supplémentaire permet aux fonctionnaires qui partent avant l’âge normal de la retraite d’attendre à 65 ans avant de demander leurs prestations du RPC/RRQ. Ils évitent ainsi la pénalité et les prestations réduites à vie.

Cet avantage vous semble inéquitable? Il l’est! Et il coûte cher en plus. Notre rapport montre que la prestation annuelle moyenne des divers régimes de pension du secteur public s’est élevée à environ 8 000 $ en 2015.

Il semblerait que la prestation de raccordement soit aussi un avantage financier qui incite les fonctionnaires à arrêter de travailler tôt : entre 2007 et 2011, 81 % des travailleurs du secteur public ont pris leur retraite avant 65 ans, contre 60 % des employés du secteur privé et 47 % des travailleurs autonomes.

Les régimes de retraite de la fonction publique fédérale et de la plupart des provinces (sauf l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba) offrent la prestation de raccordement. Nous demandons aux gouvernements d’éliminer ces prestations inéquitables et coûteuses.