Passer au contenu principal

Travailleurs sans frontières : l’immigration, une solution à la pénurie de main-d’œuvre

  • Accueil
  • Travailleurs sans frontières : l’immigration, une solution à la pénurie de main-d’œuvre

Partout au Canada, les propriétaires de PME peinent à recruter des travailleurs et à conserver leur personnel, ce qui affecte sérieusement leur productivité et leur croissance. La pénurie de main-d’œuvre est un enjeu complexe, et il est clair qu’une solution unique ne pourra pas régler tous les problèmes du marché du travail canadien. 

La FCEI a analysé sous plusieurs angles la question de la pénurie croissante de compétences et de travailleurs au pays, notamment dans son étude sur les jeunes et l’emploi. Dans le rapport Travailleurs sans frontières – L’immigration en réponse à la pénurie de main-d’œuvre dans les PME, nous examinons le rôle que peut jouer l’immigration pour combler le manque de travailleurs au Canada.   

Ce rapport montre que 76 % des propriétaires de PME ont eu un peu (33 %) ou beaucoup (43 %) de difficulté à trouver de la main-d’œuvre ces 5 dernières années. Pour nombre d’entre eux, dénicher des candidats qualifiés ayant les compétences requises n’a pas été simple. Le système d’immigration peut apporter une solution à la pénurie de main-d’œuvre en permettant l’embauche de travailleurs étrangers temporaires ou d’immigrants économiques dans le cadre du système d’immigration permanente. 

L’embauche de travailleurs étrangers coûte toutefois cher aux petites entreprises. En plus, les compétences des nouveaux immigrants qui arrivent au pays dans le cadre du système d’immigration permanente ne répondent pas toujours aux besoins des employeurs. Malgré les défis que posent l’embauche et l’intégration de travailleurs étrangers, les propriétaires de PME trouvent en général que l’enjeu en vaut la chandelle. 

La FCEI recommande au gouvernement fédéral de prendre des mesures pour que le système d’immigration soit mieux adapté aux PME qui comptent des employés et au marché du travail, et que l’embauche de travailleurs étrangers exige moins de formalités administratives. Le gouvernement pourrait aussi jouer un rôle dans la distribution de ressources et d’information aux propriétaires de PME destinés à les aider à intégrer les nouveaux immigrants dans leurs milieux de travail et leurs collectivités.

Voilà autant de mesures qui permettraient aux chefs de PME d’attirer les travailleurs dont ils ont besoin pour maintenir l’avantage concurrentiel de l’économie canadienne et contribuer à promouvoir la prospérité de tous les citoyens.