Passer au contenu principal

Une frontière difficile à franchir

  • Accueil
  • Une frontière difficile à franchir

Janvier 2016
Joseph Doris, stagiaire en politique publique et en entrepreneuriat

Nous avons publié récemment un rapport sur la paperasserie à la frontière Canada-États-Unis qui démontre que ces dernières années, l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et la U.S. Customs and Border Protection (CBP) (l’équivalent américain de l’ASFC) ont amélioré leurs services. Malgré tout, il leur reste encore du travail à faire pour vous faciliter les choses à la frontière.

Dans un sondage que nous avons réalisé, 60 % des propriétaires de PME canadiens qui font du commerce avec les É.-U. nous ont dit qu’ils sont obligés d’augmenter leurs prix à cause des coûts cachés et du manque de transparence des frais à la frontière. Et plus d’un tiers des répondants ont indiqué qu’ils ne se seraient pas lancés dans ce type de commerce s’ils avaient été au courant de tous les coûts à payer.

Par contre, ils ont tout de même reconnu que l’ASFC traite plus rapidement les passages à la frontière qu’avant et que ses agents se sont améliorés au niveau de l’accessibilité, des connaissances et de la façon dont ils traitent les clients.

Comment améliorer votre expérience à la frontière?

Notre rapport contient plusieurs conseils fournis par des chefs de PME comme vous qui ont participé à notre sondage sur le commerce frontalier. En voici quelques-uns :

  • « Faites appel à un groupeur de marchandises pour réduire le nombre d’envois. Vos frais et vos coûts de transport baisseront! »
  • « Communiquez à l’avance avec les douanes et notez ce qu’on vous dit et à qui vous parlez. »
  • « N’oubliez pas de calculer les frais d’expédition et de manutention, les droits de douane, les taxes et le taux de change dans le prix des produits avant de les commander. »
  • « Si vous importez des quantités minimes, achetez un permis d’importation et remplissez les formalités vous-même, à condition d’être à proximité de la frontière. »

 

Voici d’autres conclusions de notre rapport :

  • Les propriétaires de PME canadiens disent qu’il est plus facile d’importer des États-Unis que d’exporter là-bas.
  • Seulement 13 % pensent que la procédure de collecte des droits de douane est acceptable.
  • La majorité d’entre eux ne connaissent qu’un seul des sept programmes qui permettent de faciliter le commerce à la frontière (p. ex. EXPRESCANPASS, Information préalable sur les expéditions commercialesC-TPATPAD, et PEP). Pour améliorer la communication avec les PME, nous avons recommandé à l’ASFC de mettre en place un guichet unique totalement intégré accessible à toutes les PME ou, au moins, d’offrir de nouveau un site ou une page Web dédiée aux PME qui cherchent de l’information sur l’importation et l’exportation. En effet, 64 % des propriétaires de PME appuient l’idée d’un guichet unique.