Skip to main content

Donner de bonnes références à d’anciens employés

La plupart des employeurs ont eu, un jour ou l’autre, à fournir des références sur d’anciens employés. Bien souvent, c’est une mesure de bonne foi pour les aider à trouver un nouvel emploi.

En tant que propriétaire d’entreprise, il est important, pour vous, de savoir comment communiquer ces renseignements.

Au Canada, les employeurs ne sont pas tenus légalement de fournir des références sur d’anciens employés, mais ils le font souvent pour plusieurs raisons, notamment :

  • Pour préserver leur relation avec un excellent ancien employé.
  • Pour récompenser un bon employé dont les compétences acquises chez vous l’ont appelé ailleurs.
  • Parce que c’est la « bonne chose à faire »
  • Pour respecter ce qui est dit dans l’entente de cessation d’emploi.

 

En fait, quand un employeur est réticent à fournir des références, cela fait souvent naître des doutes au sujet de l’ancien employé. C’est pourquoi les employeurs devraient être disposés à fournir une description des tâches et des responsabilités qu’assumait l’employé.  

Mais fournir des références peut également comporter des risques. La meilleure façon de les limiter est de créer une procédure officielle et de s’y référer à chaque demande. Ainsi, vous pourrez donner des références fidèles et éviter les problèmes. Indiquez clairement les noms des employés autorisés à fournir des références et ceux qui ne le sont pas. Précisez aussi ce qui peut ou ne peut pas être divulgué. Limitez-vous à des faits sur l’emploi qui peuvent être prouvés, par exemple par une évaluation du rendement écrite. Les dates de l’emploi, les tâches accomplies, les compétences de l’employé, ses forces, les aspects de sa performance à améliorer et sa note d’évaluation sont des détails que vous pouvez fournir.     

Conservez une copie des références écrites et consignez les détails des renseignements donnés oralement pendant une période raisonnable. La loi ne vous oblige pas à signaler à l’employé que vous allez fournir ou demander des références le concernant ni à obtenir son contentement. Toutefois, pour divulguer des informations sur l’emploi passé d’un ancien employé, la FCEI vous suggère de toujours obtenir son consentement signé. Cette pratique vaut également lorsque vous souhaitez recueillir des références au sujet d’un candidat que vous voulez embaucher, par exemple ses antécédents professionnels, ses résultats scolaires, ses activités de bénévolat, etc.

Voici d’autres conseils : 

  • Ne dites jamais quelque chose que vous ne pouvez pas prouver par des faits.
  • Vos commentaires ne doivent jamais être teintés de méchanceté.
  • Vous devez faire comprendre à la personne qui vérifie les antécédents de votre ancien employé que les renseignements que vous lui donnez doivent rester confidentiels.
  • Si une question vous met mal à l’aise ou si vous ne pouvez pas y répondre, la meilleure chose à faire est de refuser d’y répondre.
  • Ne répondez qu’aux questions que l’on vous pose.
  • Ne dites rien que vous n’avez pas dit à votre ancien employé ou que vous ne seriez pas à l’aise de lui dire directement.
  • Mettez vos sentiments de côté et faites preuve d’objectivité.

 

En étant en mesure de fournir de bonnes références, vous pourrez non seulement aider vos anciens employés à obtenir un autre poste, mais vous saurez aussi demander et reconnaître des bonnes références quand vous rechercherez un nouvel employé.

Des questions? Les conseillers aux entreprises de la FCEI sont là pour vous aider. Communiquez avec nous à fcei@fcei.ca ou au 1 888 234–2232.

Documents connexes