Skip to main content

Quoi faire en cas d'accident de travail?

Mise en situation : Votre employé fait un faux mouvement et se fait une entorse à la cheville alors qu’il travaille.

Évidemment la priorité est la sécurité physique de votre employé. C’est pourquoi vous devez le faire transporter vers un centre hospitalier rapidement. 

Important : Les frais de transport seront à votre charge et vous devrez lui verser 100 % de son salaire pour cette journée, même s’il n’a pas pu compléter ses heures de travail en raison de l’accident.

Quelles sont les premières actions à poser?

  1. Si vous considérez qu’une assignation temporaire peut tout de même être possible malgré sa blessure, vous pouvez remettre à votre employé un formulaire d’assignation temporaire accompagné d’une description détaillée de cette assignation au moment où il quitte l’entreprise. Ce formulaire lui sera utile dans l'éventualité où il serait apte à faire des travaux légers ou être assigné à un autre poste en attendant la guérison complète de sa blessure et son retour normal au travail. 
  2. Complétez ensuite votre Registre d'accidents, d'incidents et de premiers secours qui vous permettra de conserver toutes les informations importantes sur le déroulement des événements et d’assurer un suivi en cas d’aggravation de la blessure.

Le droit de retour au travail

Lorsque votre employé est complètement rétabli, il a droit d’être réintégré dans le poste qu’il occupait avant l’accident. Si l’emploi n’existe plus, vous devez le réintégrer dans un emploi équivalent, c’est-à-dire qui lui permet de garder des conditions de travail semblables à celles qu’il avait avant l’accident.

Vous doutez que votre entreprise soit la seule responsable de l'accident du travail?

Il est possible d'obtenir un partage de responsabilité communément appelé « Partage des coûts » lorsque l'employé a des circonstances personnelles préexistantes à l'accident ou qu'il a été victime d'un accident du travail similaire auprès d'un ancien employeur. Il suffit d'en faire la demande à la CNESST par écrit en exposant les motifs justifiant un tel partage dans l’année suivant la date de l’accident.

Les accidents de travail ne sont pas à prendre à la légère ! Communiquez avec votre conseiller FCEI : il vous accompagnera tout au long du processus ! 

Documents connexes