Skip to main content

Inflation : 85 % des PME victimes d’une hausse des coûts

Montréal, le 17 mars 2022 — La levée des restrictions économiques pourrait faire espérer une accalmie aux PME québécoises. Toutefois, l’augmentations des coûts atteignant des niveaux inégalés au Québec depuis plus de 30 ans, cela risque de retarder leur relance. Déjà en janvier, un peu plus de 7 PME québécoises sur 10 identifiaient l’augmentation des prix comme leur plus grand défi en 2022. On peut maintenant confirmer que l’inquiétude s’installe parmi les chefs d’entreprise qui sont 85 % à signaler que l’inflation a un impact sur leurs affaires. La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) publie une nouvelle note de recherche, illustrant les impacts de l’inflation sur les PME. Elle rappelle au gouvernement que les petites entreprises sont aussi victimes de cet enjeu économique. 

Pour compenser l’inflation, les propriétaires de PME ont :

  • Augmenté leurs prix (73 %);
  • Travaillé plus d’heures afin d’alléger leurs coûts de main-d’œuvre (52 %);
  • Réduit temporairement leurs marges bénéficiaires afin de rester concurrentiels (38 %);
  • Réduit leurs investissements et leurs prévisions de croissance (29 %).

« Pour faire face à cette hausse des coûts et survivre, les petites entreprises sont obligées de trouver des solutions. Mais elles n’augmentent pas leurs prix de gaieté de cœur, parce que bien souvent, cela leur fait perdre des clients. Pour assurer la reprise des PME et la croissance de notre économie, le gouvernement du Québec doit adopter des mesures pour aider nos entrepreneurs », déclare François Vincent, vice-président pour le Québec de la FCEI.

Diminuer le fardeau fiscal pour aider les PME et les citoyens

La FCEI a demandé aux dirigeants d’entreprise comment le gouvernement du Québec pourrait les aider. Parmi les répondants, 82 % des PME ont réclamé une réduction des taxes sur la masse salariale et 83 % aimeraient bénéficier d’un gel des coûts relatifs à l’administration gouvernementale (permis, licence, registres, etc.).

« C’est au Québec que les taxes sur la masse salariale sont les plus élevées au Canada. À titre de comparaison, l’écart est de 27 % de plus ici qu’en Ontario. Il y a donc là une la marge de manœuvre pour aider les PME qui subissent des augmentations de coûts de partout. De plus, cela serait gagnant pour les citoyens, car la première chose que feraient les propriétaires de PME s’ils bénéficiaient d’une telle diminution serait d’augmenter la rémunération de leurs employés », fait remarquer Francis Bérubé, directeur des affaires provinciales pour la FCEI.

Sur la fiscalité, la FCEI rappelle que les plus petites entreprises des secteurs des services et de la construction sont les plus défavorisées par la hausse de l’inflation, car elles n’ont pas accès au taux d’impôt réduit pour PME et doivent donc payer un taux 259 % plus élevé.

Tarif d’électricité : 9 PME sur 10 veulent le retour d’Hydro-Québec devant la Régie de l’énergie

Enfin, près de 9 PME sur 10 (87 %) jugent que la soumission annuelle d’Hydro-Québec au processus de la Régie de l’énergie est la meilleure mesure pour réduire l’impact de l’inflation sur leur entreprise. Lundi dernier, la FCEI, conjointement avec Option consommateurs et l’AQCIE, appelait le gouvernement à un gel des tarifs d’Hydro-Québec, tant qu’elle ne se sera pas soumise à un exercice rigoureux devant la Régie de l’énergie pour ne pas accabler davantage les consommateurs et les entreprises déjà fortement touchées par les hausses de coûts. 

La FCEI constate que le gouvernement désire protéger les citoyens d’une possible hausse des coûts d’Hydro-Québec. Cependant, beaucoup de précisions sont de mise. Il y a une certitude pour les dirigeants de PME, leur facture d’Hydro-Québec augmentera de 2,6 % le 1er avril prochain et, suivant l’adoption sous le bâillon du projet de loi n° 34, Loi visant à simplifier le processus d’établissement des tarifs de distribution d’électricité, la hausse serait de 5,2 % en avril 2023.

« Lors de la période des questions cette semaine, le premier ministre a déclaré qu’il ne laisserait pas les Québécois subir une augmentation des coûts d’Hydro-Québec de 4 à 5 %. Mais qu’en est-il des PME ? Vont-elles aussi recevoir une aide? Quel sera le mécanisme adopté? La FCEI demande au gouvernement de clarifier sa position vis-à-vis d’Hydro-Québec pour rassurer les PME et s’assurer qu’elles ne seront pas les seules à assumer la facture. Elle réitère que la meilleure solution est de revenir devant la Régie annuellement pour statuer sur les hausses et dépolitiser la question des tarifs d’électricité », conclut M. Vincent. 
 
Pour consulter la note de recherche intitulée : Les PME québécoises et l’inflation, entre adaptation et gestion des répercussions économiques.

À propos de la FCEI 
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 95 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus. 

– 30 –

Renseignements :
Maud Larivière, attachée de presse, FCEI
Tél. : 514 861-3234| Cell. : 514 817-0228
[email protected] 
 
 

17 mars 2022

Partagez cet article: Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Sujets dans cet article: Communiqués de presse

Documents connexes