Skip to main content

Augmentation des tarifs d’électricité : Un mauvais poisson d’avril pour les PME

Montréal, le 1er avril 2022 – Les PME souhaiteraient que ce soit une blague, mais il n’en est rien. Dès aujourd’hui, les tarifs d’électricité en vigueur augmentent de 2,6 %. La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) alerte sur les risques qu’une telle hausse pourrait engendrer sur les PME, dont plus de la moitié n’ont pas retrouvé leur niveau de ventes normales d’avant la pandémie. 

L’augmentation des coûts touche déjà de plein fouet toutes les PME. Pour tenter d’y faire face, celles-ci se voient dans l’obligation d’augmenter leurs prix (73 %), de travailler plus d’heures (52 %), ou encore de réduire temporairement leurs marges bénéficiaires pour rester concurrentielles (38 %). La situation est si intense pour les entrepreneurs québécois qu’ils sont 60 % à affirmer que l’inflation actuelle à des répercussions négatives sur leur entreprise. Selon le Baromètre des affaires de la FCEI de mars, 62 % des PME québécoises jugent que les coûts d’intrants, des carburants et de l’énergie posent actuellement des problèmes à leur entreprise.

« Au vu de la situation si précaire des PME et de la pression énorme que représente l’augmentation des coûts pour ces dernières, augmenter les tarifs d’électricité de 2,6 % est vraiment la cerise sur le sundae. Les petites entreprises vont devoir à nouveau encaisser une augmentation de leurs coûts d’exploitation, alors que le gouvernement n’a rien fait dans son budget pour les aider et atténuer le fardeau fiscal et les dettes qui les entravent dans leur relance », se désole François Vincent, vice-président pour le Québec à la FCEI.

Des solutions à la portée du gouvernement du Québec 

Le gouvernement a annoncé dans son budget agir contre l’augmentation des coûts dus à l’inflation en accordant 500 $ pour 6,4 millions de Québécois. La FCEI constate que rien n’a été fait pour venir en appui aux PME qui subissent elles aussi des répercussions négatives de la forte augmentation de l’inflation. Pourtant une action était possible et à sa portée comme le démontrent les résultats préliminaires de son sondage de mars répondus par 1 036 dirigeants de PME. Des mesures que le gouvernement provincial peut mettre en place pour aider les entreprises à réduire l’impact de la hausse générale des prix sur leur entreprise :

  • 82 % des PME croient que le gouvernement du Québec devrait réduire les taxes sur la masse salariale;
  • 85 % des dirigeants de PME aimeraient voir le gouvernement du Québec geler les coûts relatifs à l’administration gouvernementale (permis, licence, registres, etc.);
  • 85 % des PME québécoises veulent que les hausses de tarifs d’Hydro-Québec soient décidées par la Régie de l’énergie.

Les faits actuels confirment la faillite du projet de loi 34, Loi visant à simplifier le processus d’établissement des tarifs de distribution d’électricité, adopté sous le bâillon en décembre 2019. En soustrayant Hydro-Québec d’un examen annuel rigoureux de la part de la Régie de l’énergie, il en résulte une augmentation de 2,6 % aujourd’hui et une hausse de plus de 5 % l’an prochain. Celle-ci devrait se plafonner à 3 % selon le plan d’un dépôt de projet de loi annoncé par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec.

« La vaste majorité des dirigeants de PME québécoises demandent au gouvernement du Québec des gestes pour les aider à réduire les impacts des importantes hausses des coûts qu’elles subissent et qu’on revienne au régime d’adoption des tarifs d’électricité qu’on avait avant le projet de loi 34. Malheureusement, nous ne pouvons que constater l’inaction du gouvernement du Québec pour stopper la présente hausse d’Hydro-Québec et son engagement ferme d’assurer une augmentation similaire l’an prochain. Si on a brisé la direction de sa voiture délibérément, ce n’est pas en la repeinturant qu’on va pouvoir reprendre la route. C’est pourtant ce que fait le ministre Julien dans le dossier des tarifs d’électricité. De grâce, cessons l’entêtement et écoutons nos PME », conclut M. Vincent. 

Méthodologie
FCEI, Sondage omnibus du Québec, résultats préliminaires en date du 30 mars, 1 036 répondants, marge d’erreur +/- 3 %, 19 fois sur 20.

Renseignements
Maud Larivière, attachée de presse, FCEI
Tél. : 514 861-3234| Cell. : 514 817-0228
[email protected] 

À propos de la FCEI     
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 95 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

1 avril 2022

Partagez cet article: Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Sujets dans cet article: Communiqués de presse

Documents connexes