Skip to main content

Augmentation du salaire minimum à 18 $ : lourd impact sur les PME, selon une étude de la FCEI

Montréal, le 2 décembre 2021 – La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) dévoile, dans un nouveau rapport, les effets qu’engendrerait une augmentation du salaire minimum à 18 $ sur les PME. L’étude démontre que 9 PME québécoises sur 10 jugent qu’une hausse de cet ordre aurait un impact sur elles. Entre augmentations des prix et multiplication des heures travaillées pour les entrepreneurs, une telle hausse fragiliserait les PME. 

« Nos données actuelles montrent que les PME du Québec doivent éponger des hausses importantes de leurs coûts d’exploitation, tout cela dans un contexte où la moitié d’entre elles n’ont pas encore retrouvé des revenus normaux. Il ne fait aucun doute qu’une augmentation de 33 % du salaire minimum, représentant un coût supplémentaire pour un employeur de 10 806 $ par année par employé, ferait mal aux petites entreprises. Nous espérons que notre étude permettra d’éclairer un peu ce débat et aidera le gouvernement à prendre la meilleure décision pour tous », affirme François Vincent, vice-président Québec à la FCEI.

Faits saillants de l’impact sur les PME : 

  • 33 % des PME devraient augmenter le prix de leurs produits et services.
  • 30 % des PME indiquent que cela entraînerait un effet domino sur les salaires des employés, y compris ceux qui ne sont pas au salaire minimum.
  • 18 % des propriétaires de PME devraient compenser en travaillant plus d’heures.
  • 11 % réduiraient leur nombre d’employés.
  • 11 % des propriétaires de PME affirment que cela fragiliserait l’entreprise au point d’envisager la fermeture. 

« Dans un contexte inflationniste, une hausse de 33 % relèverait d’une absence de vision d’ensemble. La prise en considération de toutes les variables, notamment les effets sur l’économie et les consommateurs, demeure la clé pour se rapprocher d’une décision équilibrée et responsable. En définitive, l’approche parfois dogmatique et simpliste de cet enjeu complexe doit laisser place à une véritable réflexion pragmatique qui tient compte du caractère multiple des répercussions d’une hausse considérable et soudaine du salaire minimum », souligne Francis Bérubé, analyste principal des politiques à la FCEI.

La FCEI s’inquiète que de telles revendications soient portées par diverses organisations sans tenir compte de ses effets sur l’économie et les PME, de surcroît dans un contexte pandémique qui a hautement fragilisé les entreprises. Selon notre Baromètre des affairesMD, les projets d’augmentation des salaires et des prix pour les PME ont également atteint des sommets jamais enregistrés depuis sa publication en 2009. Ce n’est vraiment pas le moment d’en demander plus aux PME.

Donner de la marge de manœuvre aux PME pour leur permettre d’augmenter les salaires

Interrogées dans le sondage de la FCEI sur les meilleurs moyens de les accompagner lors d’une hausse du salaire minimum, les PME priorisent d’abord une réduction du fardeau fiscal global (79 %), une baisse des taxes sur la masse salariale (73 %), une offre de crédits d’impôt (58 %) et un allégement du fardeau administratif et réglementaire (49 %). Ce sont des mesures à la portée du gouvernement pour avoir un impact positif sur l’augmentation des revenus des employés. 

La FCEI rappelle également qu’il existe des mesures plus efficaces pour lutter contre la pauvreté qu’une hausse considérable du salaire minimum. La bonification du montant personnel de base, l’amélioration des primes au travail ou les crédits d’impôt ciblés bénéficieraient directement aux employés à bas salaire et atteindraient cette cible sans créer de pression supplémentaire sur les PME. 

« La question de l’augmentation du salaire minimum doit prendre en compte l’environnement économique actuel et ses divers impacts, surtout sur les PME qui sont le poumon de notre économie. L’équilibre et la prévisibilité doivent être au rendez-vous afin de ne pas engendrer un effet de cumul supplémentaire contribuant à hausser les coûts des entreprises et le coût de la vie de tous les citoyens, y compris les plus vulnérables. Nous invitons le gouvernement du Québec à faire preuve de prudence et à prendre une décision responsable pour tous », conclut François Vincent, vice-président Québec à la FCEI. 

Pour plus d’informations vous pouvez consulter le rapport de recherche de la FCEI : « Les PME québécoises et le salaire minimum ».

Méthodologie
Les principales conclusions présentées dans ce rapport proviennent du sondage Votre voix, mené en ligne auprès de 424 membres de la FCEI du Québec, entre le 9 et le 24 septembre 2021. À titre de comparaison, pour un échantillon probabiliste ayant un nombre égal de répondants, la marge d’erreur serait de plus ou moins 4,8 %, 19 fois sur 20.

À propos de la FCEI 
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 95 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus. 

– 30 –

Renseignements :
Maud Larivière, attachée de presse, FCEI
Tél. : 514 861-3234 poste 1808 | Cell. : 514 817-0228
[email protected] 
 
 

2 décembre 2021

Partagez cet article: Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Sujets dans cet article: Communiqués de presse

Documents connexes