Skip to main content

3 PME sur 5 demandent plus d’aide à Québec, dévoile un sondage exclusif de la FCEI

Montréal, le 23 février 2021 – Les impacts de la pandémie sur l’économie (66 %), le lent déploiement de la vaccination contre la COVID-19 (52 %) et l’endettement (43 %) inquiètent les dirigeants de PME québécoises, révèle un tout nouveau sondage mené par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). Dans un tel contexte, ils sont nombreux à lancer un appel au gouvernement provincial. L’amélioration des programmes d’aide, la nécessité d’avoir un plan clair pour la réouverture de l’économie et plus de flexibilité quant aux obligations fiscales sont demandées.

Les PME demandent à Québec de faire plus
Trois PME sur cinq affirment avoir besoin de plus de soutien de la part du gouvernement du Québec, selon les récentes données de la FCEI. C’est un résultat fort qui appelle le gouvernement à écouter les entreprises en difficulté et à faciliter l’accès à l’aide si névralgique à leur survie. À cet égard, les décisions qui limitent l’accès à l’AERAM pour les mois où les entreprises se devaient d’être fermées (octobre à décembre) et qui ferment l’accès au PAUPME à la fin du mois avril ne s’inscrivent pas dans cette logique.

« Le soutien offert aux PME doit être à la hauteur des événements qu’elles subissent. Une sensibilité est également de mise pour comprendre la réalité très difficile dans laquelle se trouvent les entrepreneurs québécois. Leur message est clair : le gouvernement doit faire plus et mieux pour les aider. Pour le démontrer, la première chose à faire serait de revenir sur sa décision de bloquer l’accès au remboursement des frais engagés entre octobre et décembre dans le cadre du programme AERAM. Cette aide leur était destinée », affirme François Vincent, vice-président Québec à la FCEI.

Pour rappel, il y a un mois, la FCEI a lancé une pétition en ligne pour inviter les dirigeants de PME à faire entendre leur voix quant à l’amélioration des programmes de soutien et à l’injustice fiscale unique au Québec.

Établir un plan précis pour la réouverture de l’économie
Le gouvernement de l’Alberta a donné certaines indications au sujet des ouvertures de commerces en fonction du nombre d’hospitalisations. Cette façon de procéder offre une perspective qui favorise la planification pour les propriétaires d’entreprise. D’ailleurs, ce sont 9 PME sur 10 qui jugent que le gouvernement provincial devrait mettre en place un plan précis qui explique de façon détaillée comment il entend rouvrir l’économie.

« Avec la crise, beaucoup d’entrepreneurs se sont retrouvés démunis face à l’avenir, avec beaucoup de questions en tête et très peu de réponses pour anticiper. On peut prendre l’exemple des restaurateurs en zone rouge ou encore des gyms qui ne savent pas quand leur tour arrivera. Les chefs de PME demandent un plan précis pour la réouverture de l’économie. Cela aurait l’avantage d’offrir un environnement d’affaires plus prévisible et un horizon plus défini plutôt que d’attendre, au jour le jour, des nouvelles », ajoute M. Vincent.

Rapport d’impôt : une flexibilité est demandée
Le sondage de la FCEI montre aussi que la majorité (55 %) des petites et moyennes entreprises bénéficieraient grandement d’un report de taxes et d’impôts. Lors du premier confinement, les gouvernements avaient accordé des périodes d’extension pour la réalisation des obligations fiscales. À quelques mois de la période des impôts, la situation est encore très difficile pour de nombreuses entreprises, notamment pour celles qui sont encore complètement fermées ou celles qui se préparent à peine à la réouverture graduelle.

« Pourquoi ne pas donner la même flexibilité que l’an dernier et repousser les dates d’échéance pour la réalisation des obligations fiscales ? Repousser la date ne va pas empêcher ceux qui le peuvent d’acheminer leurs impôts dans les délais normaux, mais ça permettrait à ceux qui se concentrent présentement sur la réouverture de leur entreprise ou ceux qui se démènent pour traverser la crise de bénéficier d’un répit. Ils pourront remplir leurs obligations au moment opportun », conclut M. Vincent.

Pour de plus amples informations, consultez la présentation intitulée : COVID-19 : Les PME du Québec appellent à l’aide.  

Méthodologie
FCEI, résultats préliminaires du sondage Votre voix – février 2021, résultats du 4 au 19 février 2021, n = 775 (Québec). À titre comparatif, un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de plus ou moins 3,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

À propos de la FCEI
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

– 30 –

Renseignements :
Wissal El Alaoui, attachée de presse, FCEI
Tél. : 514 861-3234 poste 1808 | Cell. : 514 817-0228
[email protected]   

Partagez cet article: Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Sujets dans cet article: Communiqués de presse

Documents connexes