Skip to main content

Le gouvernement fédéral doit prolonger ses programmes d’aide et conserver les taux de subvention à leurs niveaux actuels jusqu’à ce que l’économie soit entièrement rouverte

Ottawa, le 8 juillet 2021 – La semaine dernière, les taux de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) et de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL) ont commencé à baisser et le gouvernement fédéral a aussi mis fin au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC). Ces décisions ne tiennent pas compte du fait que plus de 25 % des PME sont toujours complètement ou partiellement fermées et que moins de 40 % ont retrouvé leurs niveaux de ventes habituels. La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a fait part des préoccupations des PME à la vice-première ministre fédérale, Chrystia Freeland, pour exhorter Ottawa à ne pas réduire ni mettre fin à ces programmes tant que l’économie et que les frontières ne seront pas complètement ouvertes. 

« Des dizaines de milliers de PME sont toujours partiellement ou complètement fermées en raison des mesures de confinement, et le niveau des ventes demeure modeste », signale Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI. Les entreprises qui rouvrent font face à de nouveaux coûts astronomiques liés à l’embauche et à l’approvisionnement. Il est trop tôt pour supprimer les aides gouvernementales parce que cela risque d’entraver la relance des PME. »

Soulignons que plus de 60 % des PME au pays n’ont toujours pas retrouvé leurs niveaux de ventes habituels. Les restaurants, les hôtels et les cinémas ainsi que les salles de spectacles, notamment, sont toujours confrontés à de sérieux obstacles, comme les restrictions de capacité d’accueil, les difficultés à trouver du personnel ainsi que la fermeture des frontières et les restrictions de voyage.

Les nouvelles entreprises sont toujours exclues des programmes d’aide fédéraux
Les nouvelles entreprises n’ont pas pu bénéficier des principaux programmes d’aide fédéral, et cela comprend le tout nouveau Programme d’embauche pour la relance économique du Canada (PEREC).

« Nous sommes ravis de voir que le gouvernement souhaite soutenir l’embauche parce qu’à l’heure actuelle, seulement la moitié des PME ont retrouvé tous leurs employés. Mais il est vraiment injuste que les entreprises créées après mars 2020 ne puissent pas avoir accès au PEREC. Pourtant, les nouvelles entreprises doivent relever les mêmes défis que les autres, souvent avec nettement moins de ressources financières », ajoute M. Guénette.

« La FCEI demande à Ottawa de ramener la subvention salariale et la subvention au loyer à leurs taux d’origine jusqu’à ce que l’économie soit complètement rouverte, ce qui comprend les frontières canadiennes, et de permettre aux nouvelles entreprises d’avoir accès aux programmes d’aide fédéraux, dont le PEREC. Le gouvernement fédéral doit continuer à améliorer et à prolonger ses programmes d’aide, ce qu’il a fait plusieurs fois depuis le début de la pandémie », conclut M. Guénette

Les propriétaires de PME sont invités à signer la pétition de la FCEI qui demande à Ottawa de prolonger ses programmes d’aide et à en maintenir les taux d’origine.

À propos de la FCEI
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 95 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

– 30 –

Renseignements :
Milena Stanoeva, FCEI
Cell. : 647 464-2814 
[email protected]
 

Partagez cet article: Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Sujets dans cet article: Communiqués de presse

Documents connexes