Passer au contenu principal

Plus de 150 000$ de dettes pour les PME canadiennes : la reprise de leurs activités s’annonce difficile

  • Accueil
  • Plus de 150 000$ de dettes pour les PME canadiennes : la reprise de leurs activités s’annonce difficile

Ottawa, le 5 juin 2020 – Un tout nouveau sondage de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) révèle que les propriétaires de PME s’endettent de plus en plus et puisent à présent dans leurs économies personnelles pour faire face à l’arrêt prolongé de l’activité commerciale. En moyenne, les dettes qu’ils ont accumulées s’élèvent à plus de 150 000 $. 

« Les liquidités et l’endettement continuent de figurer parmi les principales préoccupations des propriétaires de PME, alors que les restrictions et les fermetures de certaines entreprises sont toujours en place dans plusieurs provinces. Les retards de paiement des factures s’accumulent et sans financement supplémentaire, la reprise de leurs activités ainsi que la relance de l’économie sera difficile, » fait remarquer Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI.

Voici quelques résultats du sondage :

  • Un tiers des propriétaires de PME disent être en retard dans le paiement de leurs principales factures (loyer, cartes de crédit, principaux fournisseurs). Les secteurs les plus durement touchés sont ceux de l’hébergement/restauration, des arts et des services personnels.
  • 37 % des chefs de PME puisent dans leurs économies personnelles pour financer leur entreprise et 34 % utilisent leurs cartes de crédit. Ces chiffres montent à 44 % et 42 % respectivement pour les entreprises de moins de 4 employés.
  • Bien que la dette médiane des PME se chiffre à 40 000 $, la dette moyenne dépasse 150 000 $, ce qui signifie que certaines entreprises accusent un coup financier particulièrement dur.

« Les propriétaires de PME ont rapidement besoin d’un meilleur accès au financement. Le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) a été utile au début de la pandémie, mais aujourd’hui, les entreprises qui sont en difficulté sont toujours très nombreuses et elles seront bientôt à court d’argent, » ajoute M. Guénette. 

La FCEI réitère sa demande au gouvernement fédéral d’accroître le montant que les PME peuvent emprunter sans intérêt dans le cadre du CUEC ainsi que d’augmenter de 25 % à 50 % la portion qui peut être transformée en subvention. Il est également impératif de mettre en place au plus vite les modifications concernant l’admissibilité, annoncées il y a quelques semaines, pour que les entreprises sans masse salariale puissent avoir accès à ce programme. La FCEI compte, par ailleurs, écrire aux principales institutions financières du Canada pour les exhorter à maintenir leurs frais à des niveaux raisonnables et à faciliter l’accès des PME au financement.  

« Avec la reprise des activités qui s’étend à de plus en plus de provinces et de secteurs, les entreprises vont avoir besoin de financement pour acheter et installer de l’équipement de protection individuelle, regarnir leurs inventaires, réembaucher leurs employés et rouvrir leurs portes. Ce n’est pas juste indispensable à la survie des PME : c’est aussi une étape cruciale de la reprise économique au Canada, » conclut M. Guénette.

À propos de la FCEI 
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

– 30 –

Renseignements :  
Wissal El Alaoui, attachée de presse, FCEI
Tél. : 514 861-3234 poste 1808 | Cell. : 514 817-0228
[email protected]