Skip to main content

Une PME sur quatre est affectée par le manque de travailleurs dans les centres-villes, alors que les aides fédérales prennent fin demain

Ottawa, le 6 mai 2022 — Malgré la levée des restrictions sanitaires, le retour des travailleurs dans les centres villes se fait lentement. Cela affecte les revenus de près d’un quart (24 %) des propriétaires de PME, selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

Certaines PME sont particulièrement touchées, comme celles des secteurs de l’hébergement/restauration (46 %), des services personnels (31 %), de la gestion et de l’administration d’entreprise (29 %) et du commerce de détail (28 %). 

« En raison de la pandémie, les gouvernements et de nombreuses entreprises adoptent présentement un modèle de travail hybride. Cela fait que les travailleurs sont peu nombreux dans les centres-villes. Cette situation a un impact majeur pour les nombreuses PME qui dépendent des travailleurs et de l’achalandage des centres-villes. Il faut garder en tête que seulement 40 % des PME ont retrouvé des niveaux de revenus normaux et que 65 % ont accumulé des dettes pandémiques. Elles attendent donc avec impatience le retour des clients en plus grand nombre », fait remarquer Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI.

Dans l’ensemble, trois propriétaires d’entreprise sur cinq (60 %) estiment que les gouvernements et les grandes entreprises devraient en faire plus pour inciter le retour des employés dans les centres-villes. Ce chiffre passe à 84 % parmi ceux qui ont subi une baisse de revenus en raison de la désertification des centres-villes.

Beaucoup de PME, notamment dans les secteurs du commerce de détail et de l’hébergement/restauration, espèrent que leurs ventes et leurs revenus décolleront avec le retour des beaux jours. Toutefois, bon nombre d’entre elles pourraient s’en sortir difficilement, notamment en raison du manque de clients et des principaux programmes d’aide fédéraux qui prennent fin le 7 mai.

« Certaines mesures d’aide COVID-19 sont rétroactives, comme le Programme d’embauche pour la relance économique du Canada. Les propriétaires d’entreprise ont jusqu’à 180 jours après la fin d’une période pour soumettre une demande. Mais leurs dépenses d’entreprise ne seront pas éligibles au-delà du 7 mai. La fin des programmes d’aide et les revenus qui demeurent bas pourraient pousser un grand nombre de PME qui luttent pour leur survie à réduire leurs activités », signale M. Guénette.

La FCEI continue de plaider auprès du gouvernement pour qu’il allège les dettes pandémiques des PME en augmentant à 50 % la portion subvention du CUEC et en prolongeant la période de remboursement d’une année de plus.

Les entrepreneurs sont invités à signer la pétition de la FCEI afin d’exiger de nouvelles mesures de réduction des dettes : www.fcei.ca/covidpetition.

Pour obtenir plus d’information sur le Programme d’embauche pour la relance économique du Canada et voir comment soumettre une demande, cliquez ici.

Méthodologie
Le sondage national de la FCEI Votre voix — Avril 2022 effectué en ligne a généré 2 886 réponses de membres FCEI du 8 au 22 avril 2022. La marge d’erreur est de plus ou moins 1,8 %, 19 fois sur 20. Les résultats obtenus sont finaux.

À propos de la FCEI 
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 95 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

— 30 —

Milena Stanoeva, FCEI
Cell. : 416-648-0538
[email protected]

6 mai 2022

Partagez cet article: Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Sujets dans cet article: Communiqués de presse

Documents connexes