close search dialog

Rencontre entre la FCEI et Tiff Macklem, gouverneur de la Banque du Canada

Le jeudi 14 juillet, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a participé à un webinaire en direct organisé par la FCEI afin de parler à ses membres d’inflation et du redémarrage des PME. C’est la première fois que le gouverneur Macklem s’adressait à nos membres. Il accorde manifestement beaucoup d’importance aux données extraites des sondages auxquels vous répondez et a apprécié le fait de pouvoir s’informer directement de la situation des PME.

Malheureusement, l’enregistrement du webinaire n’a pas fonctionné à cause d’un problème technique. Nous avons toutefois pu obtenir la transcription complète de la discussion.

Principaux points soulevés par le gouverneur

Le gouverneur a soulevé deux points clés, à savoir que l’inflation ne durera PAS et qu’une hausse marquée des taux à court terme sera bénéfique à long terme. Voici les principaux points qu’il a soulevés :

L’inflation est trop élevée. Il est primordial que l’augmentation des prix redevienne plus stable et prévisible.

La demande doit ralentir d’ici à ce que l’offre puisse se rétablir.

La Banque a pour objectif de ramener l’inflation à la cible de 2 % et son scénario de référence comprend un atterrissage en douceur de l’économie. La meilleure piste pour y parvenir est de relever les taux d’intérêt plus tôt que tard, mais cela comporte des risques : « La piste pour un atterrissage en douceur est devenue plus étroite ».

L’inflation se situe actuellement à près de 8 %, et la Banque prévoit qu’elle restera élevée à très court terme. Ce taux pourrait redescendre aux alentours de 3 % d’ici la fin de l’année prochaine pour atteindre de nouveau 2 % en 2024.

La Banque demeure convaincue que la politique monétaire ne nuira pas au marché de l’emploi en raison du nombre élevé de postes vacants.

Pour consulter la transcription complète de la discussion, cliquez ici (en anglais seulement).

*Remarque : Le webinaire s’est déroulé en anglais, mais les participants pouvaient poser des questions en anglais ou en français*