Skip to main content

Mini-budget : les PME restent sur leur faim

Montréal, le 25 novembre 2021– La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) souligne le travail effectué par le ministre des Finances, Éric Girard, dans sa mise à jour économique. Présentée aujourd’hui, elle annonce notamment des mesures positives pour les PME, dont certaines visent à atténuer les impacts de la pénurie de main-d'œuvre. L'organisation émet toutefois un gros bémol et rappelle au gouvernement du Québec que tous les secteurs économiques sont frappés par les impacts de la pénurie de main-d'œuvre et que d’importantes barrières entravent toujours les petites entreprises. La FCEI espère que le gouvernement s’y penchera dans son prochain budget.

Bonnes mesures à souligner

Premièrement, la FCEI accueille positivement les nouveaux investissements de 350 millions de dollars qui permettront d’accélérer, sur cinq ans, la croissance de la productivité des entreprises. Accroître l’investissement des entreprises en numérisation et en automatisation est définitivement un virement stratégique à prendre. 

Elle tient aussi à saluer la bonification du crédit d’impôt pour frais de garde annoncée par le gouvernement. Elle rappelle que le manque de place dans le réseau des services de garde occasionne déjà des problématiques de gestion de ressources humaines pour 71 % des PME québécoises. D’ailleurs, 62 % des PME demandaient une augmentation du crédit d'impôt offert aux parents. 

La FCEI souligne l’action ciblée du gouvernement pour protéger les ménages à faible revenu contre l’inflation. C’est une orientation plus efficace qu’une augmentation drastique du salaire minimum qui serait néfaste pour les petites entreprises. Ce sont des mesures qui aideront les PME et qui représentent de bonnes orientations pour l’économie.

Pénurie de main-d’œuvre: plus doit être fait pour les petites entreprises

Le gouvernement annonce également des investissements totalisant 2,9 milliards de dollars pour contrer la pénurie de main-d'œuvre. C’est une somme importante et cela doit être souligné. Cependant, la FCEI remarque que les nouvelles mesures ne touchent que certains domaines d’activité:  la santé et les services sociaux, l’éducation, les services de garde éducatifs à l’enfance, le génie, les technologies de l’information et la construction. Par ces investissements le gouvernement désire requalifier et attirer dans ces domaines près de 170 000 travailleurs d’ici cinq ans. Le manque d'employés est l’enjeu no1 au Québec et la FCEI dévoilait hier que 74 % des PME du Québec considèrent comme prioritaire que le gouvernement provincial aide les employeurs à faire face aux pénuries de main-d’œuvre/compétences. Les autres secteurs économiques méritent et doivent être appuyés par leur gouvernement. 

« Ces investissements aideront certainement les secteurs ciblés par le gouvernement, mais qu’en est-il des entreprises œuvrant dans les autres industries ? Les postes vacants ne cessent d’augmenter, atteignant 279 155 au Québec en septembre. De plus, les impacts économiques se font de plus en plus ressentir. En novembre, 44 % des PME doivent refuser des ventes et des contrats en raison du manque d’employés, comparativement à 26 % en janvier dernier. Une action plus forte est nécessaire pour aider toutes les entreprises, sans égard à la taille et au secteur. Le gouvernement du Québec devrait miser sur des mesures qui touchent tous les secteurs économiques, comme le serait une baisse du fardeau fiscal, des crédits d’impôt accessibles pour toutes les entreprises, un meilleur accompagnement et une augmentation de l’immigration », commente François Vincent, vice-président, Québec de la FCEI.

Faire tomber les barrières qui freinent l’élan des petites entreprises 

Le Québec est toujours l’unique province canadienne qui impose comme des multinationales ses plus petites entreprises des secteurs de la construction et des services, si ces dernières ne rémunèrent pas 5 500 heures (près de 3 employés à temps plein). Les mêmes critères empêchent ces entreprises d'avoir accès aux crédits d'impôt qui pourraient les aider dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre à accueillir des travailleurs expérimentés et éloignés du marché du travail. Le Québec impose également des taxes sur la masse salariale plus élevées que les autres provinces canadiennes. 

« Les mesures adoptées par le gouvernement dans ce mini budget aideront l’économie. Mais force est de constater que d’importantes barrières freinant les petites entreprises sont toujours présentes, notamment en ce qui a trait à la fiscalité. Comment une petite entreprise peut tirer son épingle du jeu face à sa concurrence si elle n’a pas accès au taux d’impôt réduit pour petite entreprise, ni aux crédits d’impôt pour attirer et maintenir en emploi des travailleurs expérimentés, et ce, tout en payant les taxes sur la masse salariale les plus élevées au pays ? Les politiques fiscales actuelles sont l’équivalent pour les petites entreprises face à leur compétiteur de les envoyer dans la mêlée en infériorité numérique et avec un filet désert. Ce sont 3 PME sur 5 qui demandent plus d’équité fiscale pour les plus petites entreprises. Le ministre des Finances doit faire cesser cette injustice dès son prochain budget », ajoute François Vincent, vice-président Québec à la FCEI.

Enfin, la FCEI réitère que les PME ne sont pas sorties de la pandémie et qu’elles ont toujours besoin de soutien. Le gouvernement du Québec peut continuer d’adapter son aide, notamment au niveau des années de remboursement pour les entreprises qui ont pu bénéficier des programmes d’aide mis en place. 
 
Méthodologie
Sondage Votre voix, résultats préliminaires du 4 et le 24 novembre 2021, n = 574 À titre comparatif, un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de plus ou moins 4,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Sondage Les services de garde éducatifs à l'enfance, résultats finaux du 26 mai au 15 juin
2021, n = 666 répondants membres du Québec. À titre comparatif, un échantillon probabiliste
de cette taille aurait une marge d’erreur de plus ou moins 3,8 points de pourcentage, 19 fois
sur 20.
 
Postes vacants en septembre: Postes vacants, employés salariés et taux de postes vacants selon les provinces et territoires, données mensuelles non désaisonnalisées (statcan.gc.ca) 

À propos de la FCEI
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 95 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

– 30 –

Renseignements :
Maud Larivière, attachée de presse, FCEI
Tél. : 514 861-3234, poste 1808 
Cell. : 514 817-0228
[email protected]
 
 

Partagez cet article: Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Sujets dans cet article: Communiqués de presse

Documents connexes