Passer au contenu principal

Réouverture des centres-villes : l’avenir de plusieurs commerces dépend de l’achalandage

  • Accueil
  • Réouverture des centres-villes : l’avenir de plusieurs commerces dépend de l’achalandage

Montréal, le 15 juillet 2020 – La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) salue l’annonce concernant la réouverture des édifices à bureaux des centres-villes du Québec. À compter du 18 juillet prochain, les employeurs privés auront la possibilité d’organiser un retour de leurs effectifs avec un taux d'occupation pouvant atteindre un maximum de 25 % par entreprise.

« La reprise des activités dans les édifices à bureaux des centres-villes est une première étape vers la rentabilité des commerces dont les revenus dépendent essentiellement du fort achalandage des gens d’affaires, des touristes, des congressistes, des festivaliers et des étudiants. D’ailleurs, le centre-ville de Montréal compte 5 fois plus de travailleurs que de personnes qui y habitent. Il était donc important de rouvrir les vannes et de le faire de manière sécuritaire pour assurer la survie de plusieurs PME », explique Gopinath Jeyabalaratnam, analyste principal des politiques à la FCEI.

Des entreprises endettées jusqu’au cou
En raison de la COVID-19, les PME se sont lourdement endettées pour pallier le manque de revenus, payer leurs diverses factures et compenser les coûts des mesures sanitaires que la crise a engendrés. Selon les plus récentes données de la FCEI, la pandémie a contraint les propriétaires d’entreprise à contracter des dettes qui se chiffrent en moyenne à 127 000 $ au Québec.

« La dette totale des entreprises au Québec s’établit à 21,3 milliards de dollars. Les revenus ne sont pas au rendez-vous pour la plupart des propriétaires de PME, mais les factures et les coûts divers continuent de s’accumuler. Le retour de travailleurs dans les tours à bureaux aidera certainement les commerces de proximité, mais ce sera nettement insuffisant pour recouvrir les pertes. Les commerçants des centres-villes doivent pouvoir compter sur une aide directe des gouvernements, » conclut M. Jeyabalaratnam.

La FCEI réitère également qu’une aide directe permettrait à tous les propriétaires d’entreprise, qui vivent de grandes difficultés financières, d’assumer les coûts supplémentaires liés à l’achat de l’équipement de protection individuelle (EPI).

À propos de la FCEI
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

– 30 –

Renseignements : 
Wissal El Alaoui, attachée de presse, FCEI
Tél. : 514 861-3234 poste 1808 | Cell. : 514 817-0228
[email protected]