Passer au contenu principal

Donner des références : 7 conseils pour éviter les pièges

Un ancien employé vous demande de lui servir de référence professionnelle?

Au Canada, rien ne vous force à le faire, mais au Québec, la Loi sur les normes du travail vous oblige à fournir un certificat de travail à l’employé qui vous en fait la demande. Ce certificat doit mentionner exclusivement le titre du poste et la durée de l’emploi.  

Obligation ou non, la plupart des employeurs acceptent de donner des références pour aider un ancien employé à décrocher un nouveau poste. Après tout, vous pouvez y gagner vous aussi : cela peut vous aider à reconnaître les bonnes références lorsque vous serez vous-même en période d’embauche.

Mais attention : servir de référence professionnelle n’est pas sans risque. Vous devez respecter les droits de la personne et la loi sur la protection des renseignements personnels. 

La meilleure façon d’éviter les ennuis, c’est de mettre en place une politique sur les références professionnelles. Vous vous assurez ainsi d’uniformiser le processus de référence et de réduire les risques de poursuite.

À indiquer dans votre politique :

  • Les personnes pouvant servir de référence professionnelle et celles qui ne le peuvent pas.
  • Les informations à inclure et à exclure dans la référence :
    • Pas de renseignements personnels sur l’ancien employé (situation de famille, religion, culture, orientation sexuelle, dossier médical, etc.)
    • Pas d’impressions personnelles, d’anecdotes de bureau ou de commérages concernant l’employé
  • Tenez-vous-en aux renseignements utiles à l’embauche :
    • Ses dates d’embauche et de fin d’emploi
    • Son titre
    • Ses responsabilités
    • Ses habitudes de travail et capacités
  • Gardez une copie de chaque référence orale et écrite aussi longtemps qu’elle pourrait servir.

La référence parfaite en 7 points

1.    Avant toute chose, assurez-vous d’avoir le consentement écrit de l’ancien employé.
2.    Ne dites rien que vous ne puissiez prouver.
3.    Restez objectif : laissez vos émotions de côté.
4.    Assurez-vous que votre entretien est confidentiel.
5.    Ne répondez à aucune question qui vous rende mal à l’aise.
6.    Répondez uniquement aux questions qu’on vous pose.
7.    Ne dites rien que vous n’oseriez dire à l’employé lui-même.