Passer au contenu principal

Rétrofacturation frauduleuse : connaissez-vous ce nouveau type de « vol à l’étalage »?

  • Accueil
  • Rétrofacturation frauduleuse : connaissez-vous ce nouveau type de « vol à l’étalage »?

En tant que conseillère FCEI , j’ai entendu beaucoup d’histoires de propriétaires d’entreprise qui ont perdu de la marchandise, perdu des revenus et payé des frais de traitement très élevés. Comment cela? Ils ont été victimes de rétrofacturations frauduleuses!

Qu’est-ce qu’une rétrofacturation? C’est une annulation de transaction effectuée par la société de carte de crédit à la demande d’un client qui veut être remboursé parce qu’il estime avoir été fraudé ou que le commerçant n’a pas respecté ses obligations.

Une rétrofacturation est frauduleuse lorsque le client fait un achat avec sa propre carte de crédit, reçoit la marchandise, puis demande une rétrofacturation, sans motivation autre que de vouloir garder ce qu’il a reçu sans payer.  Il s’agit d’un acte de malhonnêteté et tout simplement d’une nouvelle forme de vol à l’étalage.

Des rétrofacturactions qui ont le bras long

Une rétrofacturation peut être faite plusieurs mois après la transaction. Il est important de savoir que :

  • il est presque impossible de signaler rapidement ce type de fraude.
  • pendant plusieurs mois, toute transaction est susceptible d’être annulée de façon frauduleuse.
  • en plus des frais de traitement de la transaction initiale, le commerçant déboursera aussi les frais de la rétrofacturation, qu’elle soit frauduleuse, ou non!

On croit souvent à tort que ce type de crime ne fait pas de victime. Pourtant, les propriétaires de PME rapportent qu’ils ne se sentent pas bien protégés face aux rétrofacturations frauduleuses. Elles sont stressantes, frustrantes et coûter cher en temps et en argent.

Un objectif louable

La rétrofacturation a été mise en place dans un but bien précis : protéger les consommateurs.  Elle est très utile dans certains cas comme en témoigne l’histoire qui suit :

Récemment, un de nos membres a versé un gros dépôt à une autre entreprise à l’aide de sa carte de crédit. Jusqu’ici, rien d’anormal. Sauf que l’entreprise qui vendait les produits n’existait pas! Nous avons accompagné notre membre dans la démarche de demande de rétrofacturation et il a pu récupérer son argent. Dans ce cas-ci, le mécanisme de protection des consommateurs a bien fonctionné et on ne peut évidemment pas parler de fraude de la part de notre membre.

Une mesure de protection qui dérape

Par contre, il y a rétrofacturation frauduleuse lorsque l’opération est planifiée. Par exemple, un membre m’a raconté qu’un client, à qui il avait vendu des souliers orthopédiques, a soudainement décidé après un an, sans s’être jamais plaint, que les souliers ne lui convenaient plus.  Ce client a alors demandé – et obtenu – une rétrofacturation. La compagnie de carte de crédit l’a remboursé, à même les fonds de notre membre, sans poser aucune question ou faire une quelconque enquête. À aucun moment le client n’a contacté notre membre pour lui faire part de son insatisfaction. Ce commerçant n’a eu aucun recours et a perdu une bonne somme d’argent.

Prévenir plutôt que guérir

Les fraudeurs sont ingénieux, mais il existe des moyens pour éviter de tomber dans leurs filets. Dans notre portail sur la fraude, vous trouverez des conseils pour protéger votre entreprise contre les transactions par carte de crédit frauduleuses et même une affiche pour sensibiliser vos employés à la fraude.

Si vous êtes victime d’une fraude ou d’une tentative de fraude, peu importe le montant du vol, signalez-là à la police. Vous éviterez que d’autres commerçants comme vous en soient victimes ou que les fraudeurs vous ciblent à répétition parce qu’ils croient qu’il n’y aura pas de répercussions. 

 

Jocelyn

Qui est Jocelyn?

Jocelyn Rhindress est la leader régionale de l’équipe des Ressources aux entreprises pour la région de l’Atlantique. Depuis plus de 6 ans qu’elle est conseillère FCEI, elle a répondu aux questions de milliers de membres. Son désir d’aider les entrepreneurs ne date pas d’hier : son grand-père et son père étaient tous deux propriétaires d’une petite entreprise. Elle a donc connu dès son jeune âge les joies et les difficultés que vivent les entrepreneurs.

Jocelyn est titulaire d’un baccalauréat en commerce, avec spécialisation en marketing et en économie de l’Université Mount Allison. Elle a aussi obtenu un certificat en gestion des ressources humaines du centre de formation continue de l’Université Dalhousie. Jocelyn a une véritable passion pour son travail. Elle aime chercher des réponses aux questions, trouver des solutions aux problèmes, fournir des conseils et, avant tout, aider les membres de la FCEI. Elle est fière de promouvoir la vision de la FCEI qui est d’être le porte-parole le plus courageux, le plus branché et le plus influent, qui soit voué à la croissance des entrepreneurs du Canada.

N’hésitez pas à contacter Jocelyn et ses collègues des Ressources aux entreprises de la FCEI pour toute question concernant la gestion de votre PME.