Passer au contenu principal

Exportations québécoises : un plan nécessaire pour la relance prochaine de l’économie, déclare la FCEI

  • Accueil
  • Exportations québécoises : un plan nécessaire pour la relance prochaine de l’économie, déclare la FCEI

Montréal, le 3 mars 2020 — La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) accueille positivement l’annonce du Plan d’action pour la relance des exportations (PARE) déposé conjointement par le ministre de l’Économie et l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Mme Nadine Girault, et la ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Mme Sonia Lebel. Avec une enveloppe de 503 millions de dollars qui s’étale sur cinq ans, ce plan permettra d’offrir un accompagnement aux PME exportatrices qui auront besoin de ce soutien en prévision de la reprise économique.

« La FCEI accueille cette annonce avec intérêt sachant que le commerce interprovincial figure parmi les cibles identifiées. Nos partenaires provinciaux demeurent des marchés importants dont le potentiel n’est pas pleinement exploité. Il subsiste encore des barrières commerciales qui limitent les possibilités d’échanges avec nos voisins et il est stratégique pour le Québec de poursuivre les efforts pour les réduire et ainsi améliorer le commerce interprovincial », souligne François Vincent, vice-président Québec à la FCEI.

L’accompagnement des PME : une des clés pour augmenter les exportations
Selon un sondage mené par la FCEI en 2017 portant sur le commerce international, les principaux défis des PME sont la fluctuation des taux de change (63 %), les frais d’expédition (52 %), les taxes et les droits (44 %) ainsi que la complexité des règles et règlements (28 %). C’est sur ce dernier aspect que le gouvernement peut agir directement auprès des PME en proposant accompagnement et conseils. 

« Lorsque l’on aborde les questions relatives à l’exportation, le soutien et l’accompagnement des entreprises, il est essentiel, et même crucial, de bien communiquer et de simplifier toute démarche menant à l’obtention de ces services. Le gouvernement du Québec peut jouer un rôle clé pour les PME à ce niveau-là », poursuit M. Vincent.

Miser sur la complémentarité des actions gouvernementales pour aider les PME à exporter
La FCEI soutient que le gouvernement doit s’assurer que ces actions contribuent à créer les conditions gagnantes pour que les dirigeants de PME puissent exporter leurs produits et services. Dans cette perspective, la réforme prochaine de la loi 101 devrait s’inscrire dans cette même logique. Il faut, entre autres, veiller à ce qu’elle n’alourdisse pas le fardeau administratif des entreprises et qu’elle ne les limite pas dans leur plan d’embauche pour que leurs propriétaires puissent accéder aux marchés canadien et internationaux.

« La réalité des PME est à prendre en compte dans l’étude de cette nouvelle réforme. Si nous souhaitons les soutenir du mieux possible et leur permettre d’atteindre de nouveaux marchés, malgré la pandémie, il faut à tout prix éviter de mettre sur leur chemin davantage d’obstacles à gérer », conclut M. Vincent.

À propos de la FCEI
La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

– 30 –

Renseignements : 
Wissal El Alaoui, attachée de presse, FCEI
Tél. : 514 861-3234 poste 1808 | Cell. : 514 817-0228
[email protected]